faologoLe directeur général de la Fao, Jacques Diouf, séjourne depuis lundi dernier à Kinshasa dans le cadre d’une visite de travail, qui a pour objectif la mise sur pied des dispositions garantissant la sécurité alimentaire.

C’est au cours de cette série de réunions techniques qui se tiennent à Kinshasa et ce, entre le gouvernement congolais et la FAO, qu’une poignée de résolu­tions sont prises pour doter la RD Congo des capacités produc­tives en vue d’améliorer la situa­tion alimentaire précaire qui tou­che le continent africain. Sur ce point, le ministre con­golais en charge de l’Agriculture, Pêche et Elevage, Norbert Basengezi Katitima, a eu des en­tretiens fructueux avec le Directeur général de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimen­tation et l’Agriculture), Jacques Diouf.

Les deux personnalités ont planché l’ensemble des program­mes et activités en cours dans les secteurs de l’agriculture, de la pêche et de l’élevage en RD Congo, a rapporté, en plus, l’Agence congolaise de presse (Acp).

Au regard de cette nécessité pressante pour le bien-être des populations congolaises, le Direc­teur général de la FAO a indiqué que cette série de réunions prati­ques d’envergure paraissent telle une évaluation des projets agricoles projetés lors de sa dernière visite dans la capitale congolaise. Les enjeux de l’heure doivent permet­tre à ce que les producteurs puis­sent bénéficier directement d’une aide considérable en termes d’intrants agricoles, semences et engrais en vue du développement de leurs activités, a-t-il souligné. A cet effet, il a émis le souhait que des foyers agricoles soient dé­ployés sur toute l’étendue de la RD Congo. Cela, afin de renforcer les prédispositions rentables des ex­ploitants des secteurs de l’agricul­ture, de la pêche et de l’élevage.

S’exprimant sur les points évoqués avec son hôte, le minis­tre Norbert Basengezi a exprimé la volonté de la FAO d’asseoir une politique agricole en RD Congo. Il a, par ailleurs, complimenté les élans de la coopération existante entre ce département des Nations Unies et la RD Congo. Précisé­ment, dans les domaines agricole et rural avec en toile de fond le re­piquage des projets réussis à l’ins­tar de celui concernant la rizicul­ture dans plusieurs contrées congolaises, notamment dans la pé­riphérie de Kinshasa. Autour de cette question, il sied de noter qu’un projet type avait été conçu sous l’impulsion de la FAO. Par un financement de l’ordre de 500.000 Usd accorde à la RD Congo, il ressort que cette der­nière tient à l’amélioration de la pro­ductivité agricole à Kinshasa en vue de contrer la flambée des prix des denrées alimentaires sur le marché.

Source : UHURU