Karel_de_GUCHTLa Chambre des mises en accusation de Gand se penche mardi après-midi sur le dossier de délit d'initié présumé concernant le ministre des Affaires étrangères, Karel De Gucht, et son épouse, Mireille Schreurs, juge de police, dans le cadre de la vente d'actions Fortis. Le parquet général requiert un non-lieu.

La Chambre des mises en accusation est amenée à décider si les époux De Gucht et les autres personnes concernées dans cette affaire doivent comparaître devant la Cour d'appel de Gand. Les procureurs généraux de Gand et Bruxelles avaient auparavant estimé que la Cour d'appel de Gand, compétente à l'égard de la juge de police Schreurs, pouvait aussi connaître des faits à charge du ministre Karel De Gucht et d'autre personnes concernées. Il s'agit notamment de Jacques Schreurs, frère de Mireille Schreurs.

Depuis le début de cette affaire, les époux De Gucht nient tout délit
d'initié lors de la vente d'actions Fortis appartenant à la famille Schreurs. Jacques Schreurs avait ainsi expliqué avoir pris l'initiative, le 3 octobre 2008, peu avant le démantèlement du bancassureur, de vendre ces actions. Le ministre des Affaires étrangères, actuellement en Australie, est représenté par son avocat devant la Chambre des mises en accusation

Source : Belga