MLCJose_MakilaCe n’est plus un secret, l’affaire qui opposait José Makila, aux députés de l’Assemblée provinciale vient de tourner en dérisoire contre cet élu de la ville de Mbandaka. En effet, le verdict de la Cour Suprême de Justice, rendu public le lundi 4 mai 2009 en annulation de la requête introduite par José Makila contre la motion de défiance de l’Assemblée provinciale de l’Equateur vient de mettre fin au règne de ce dernier en tant que gouverneur. Partant de ce verdict, la Cour Suprême de Justice a jugé la requête recevable mais non fondée. C’est qui voudra simplement dire que le réquisitoire formulé par José Makila devant la Cour n’a pas convaincu. En d’autres termes, José Makila qui demeurait jusqu’avant-hier sous le coup de la destitution suite à la motion des députés provinciaux ne sera plus gouverneur de province. Par conséquent, ce poste, croit-on, dans les jours qui viennent, fera l’objet d’un appel d’offre à candidature en vue de son remplacement. N’est-ce pas là une manière pour la Cour Suprême de consacrer sa mort politique? Pour rappel, après que le gouverneur ait été réhabilité par la Cour d’appel de Mbandaka le 24 avril 2009, José Makila voulait regagner son fief de Mbandaka pour continuer d’assumer ses fonctions en tant que gouverneur. Arrivé à l’Aéroport de N’djili où il devrait prendre son avion pour Mbandaka, chef lieu de la province, un responsable de la Direction Générale de Migration (DGM) va l’intercepter avant de l’empêcher d’effectuer ce voyage. Pris de panique, José Makila avait perdu le réflexe. Il va jusqu’à annoncer sa propre démission. C’est par après qu’il se ressaisira et revenir à la décision prise auparavant. Notons que la hiérarchie du Mouvement de la Libération du Congo MLC, Parti cher à Jean Pierre Bemba n’a pas apprécié l’attitude de vouloir démissionner affichée par leur cadre du Parti. Raison pour laquelle, il a été encouragé d’interjeter la Cour suprême. Le Parti avait encore mis toute sa confiance à ce cadre du MLC qu’il voudrait voir encore longtemps à la tête de la Province de l’Equateur. Satisfaits du verdict de la CSJ, les députés provinciaux de l’Equateur en fête ont délié leurs langues. Ils entendent en effet, se tenir des élections à l’issue des quelles leur province sera dotée d’un gouverneur rassembleur, dont la bonne gouvernance devra faciliter le décollage de leur province

Source : la Prosperité/Kinshasa