jkk_lancement_travauxRien ne vaut la descente sur terrain pour procéder au contrôle des chantiers. N’est-il pas indiqué de suivre toutes les étapes afin d’éviter des surprises désagréables à l’échéance ? C’est ce qui justifie la mission effectuée au Katanga du 8 au 10 mai dernier par le DG Roger Busima de l’Agence congolaise des grands travaux accompagné de l’ADG Kipolongo de la Rtnc, un expert de la présidence et trois autres de l’ACGT.

A la sortie de l’audience auprès du gouverneur Moïse katumbi, Roger Busima a indiqué que le Katanga est concerné par les travaux de réhabilitation et de modernisation des infrastructures de base. Lesdits travaux entrent dans le cadre du vaste programme sino-congolais. Leur financement sera assuré essentiellement par le produit de l’exploitation des ressources minières que regorge la province du Katanga.

Déjà en cours d’exécution, le DG de l’ACGT cite la construction de la route Lubumbashi-Kasumbalesa, Lubumbashi-Kasongo-Kisangani. Le chef de l’Etat lui-même avait procédé au lancement desdits travaux pour le premier axe et pour le second, il n’est plus qu’une question de jours. En plus, il a ajouté également les travaux de modernisation du chemin de fer de l’Est, de la construction de centres de formation pour métier afin d’assurer le transfert des technologies.

Lors de son entretien avec les responsables de la firme chinoise CREC, en charge de l’exécution des travaux de la route Lubumbashi-Kasumbalesa, Roger Busima Kataala a constaté et reconnu l’efficacité du matériel utilisé par les partenaires chinois dans la réhabilitation des routes congolaises. Avec les responsables de la SNCC, la société nationale des chemins de fer, le DG de l’ACGT a insisté sur l’importance à accorder à la modernisation de la voie ferrée de l’Est. D’ailleurs, a-t-il ajouté, la deuxième phase du financement du programme sino-congolais sera axée principalement sur le chemin de fer. Des liaisons entre Kisangani-Banana-Moanda-Matadi-Kinshasa-Lubumbashi-Océan serviront à relier la zone minière à la zone énergétique.

L’occasion était donnée également pour sceller le partenariat entre la RTNC et l’ACGT dans le cadre de la vulgarisation des travaux en cours. Une conférence de presse avait sanctionné la mission sur place à Lubumbashi.

Source : le Potentiel