armesEn plus, 6.564 chargeurs garnis et 14 caisses de munitions ont été également ramenés dans le circuit normal, par le Parec, sous la férule de Daniel Ngoy Mulunda, Pasteur de son état, très engagé dans la lutte contre l’insécurité à Kinshasa et en provinces. La quantité d’armes entre les doigts incertains, prouve que la capitale congolaise était sur une poudrière. Il a fallu six mois et des centaines des milliers de dollars au Pasteur Méthodiste pour y mettre fin, même s’il y a encore, évidemment, des efforts à conjuguer. Le Chef de l’Etat, le Gouvernement Central et l’Exécutif Provincial de Kinshasa n’ont pas lésiné sur les moyens pour garantir la réussite de l’opération ‘‘Armes à feu contre 100$US’’. Ils viennent ainsi de réduire, dans des proportions les plus extrêmes, l’insécurité dans la Capitale et de poser un pas de géant dans la pacification du pays. Les habitants des communes de Kinshasa étaient nombreux, le samedi dernier, au Stade Tata Raphaël, à la clôture. Ils ont témoigné de leur reconnaissance à Kabila, Muzito et André Kimbuta Yango, pour avoir laissé les mains libres au Parec. Le succès de cette initiative salvatrice reste un gage, pour la suite. ‘‘Mieux vaut la fin d’une chose que son commencement’’, a déclaré, le samedi 16 mai 2009, Daniel Ngoy Mulunda, le Pasteur- Président du Programme Œcuménique de Paix, Transformation des Conflits et Réconciliation, PAREC, à l’occasion de la clôture de l’opération Arme contre 100 dollars menée pendant six mois dans la ville- province de Kinshasa. C’était dans un Stade Tata Raphaël rempli des kinoises et kinois qui sont allés, fourmillants, témoigner de leur reconnaissance au Révérend Pasteur Ngoy Mulunda qui, grâce à son initiative salutaire, a réduit, dans des proportions les plus extrêmes, les poches d’insécurité dans la Capitale de la République Démocratique du Congo. Dans une ambiance de louange orchestrée par le Frère Patrice Ngoy Musoko, entrecoupées des sketchs des comédiens, le Pasteur- Président du PAREC, manifestement comblé pour avoir apporté sa pierre à l’édifice de pacification du Congo-Kinshasa, a rendu grâce à Dieu pour son indéfectible soutien du début à la fin de l’opération. Manipulant armes explosives, armes à feu, chargeurs garnis et autres caisses de munitions, Daniel Ngoy Mulunda et son équipe n’ont enregistré aucun incident. L’Homme de Dieu a saisi cette opportunité pour exprimer toute la gratitude du PAREC à Joseph Kabila, le Président de la République, à Muzito et son Gouvernement, à Kimbuta André, le Gouverneur de la Ville de Kinshasa ainsi qu’aux personnalités qui ont requis l’anonymat pour le soutien qu’ils n’ont cessé d’apporter à son organisation durant toute cette campagne de récupération des milliers d’armes en circulation dans la Capitale de la RD. Congo. Présents au Stade Tata Raphaël, les représentants de toutes les communes qui ont reçu cette mission des bons offices du PAREC en ont profité pour remercier, de vive voix, le Pasteur Ngoy Mulunda pour son initiative savamment pensée au point que personne, parmi les détenteurs illégaux d’armes, n’a été inquiétée après avoir déposé son arme. Un bilan exubérant L’on se rappellera qu’avant le lancement de ladite opération, nombreux sont les kinois qui avaient la peur bleue dans le ventre, tellement les titres des tabloïds faisaient état, presque au quotidien, de découvertes des caches d’armes dans tel ou tel autre coin de la Capitale. Aujourd’hui, nombreux sont les kinois qui reconnaissent et saluent les efforts du PAREC dans la sécurisation de la ville- province de Kinshasa. Le bilan de l’opération démontre a suffisance que Kinshasa, avec ses six districts, reposait sur une poudrière : 11.826 armes de Guerre dont 6.670 armes à feu, 182 bombes, 956 grenades ; 6.564 chargeurs garnis et 14 caisses de munitions, de quoi embraser toute la Capitale. Ngoy Mulunda à l’avant-garde L’Homme aura exposé sa vie tout au long de la campagne qui, rappelons-le, a duré 6 mois. Des témoignages recueillis par les fins limiers de La Prospérité auprès de ceux qui ont suivi de près cette opération, indiquent que du début à la fin, Daniel Ngoy Mulunda n’a délégué personne. Il était là, recevant personnellement ces engins de guerre, sans se douter de rien. Et pourtant, tout pouvait arriver, avec une probable fausse manœuvre ou encore une mauvaise manipulation, si pas un piège des ennemis de la paix. Mais rien de tout cela. Le Pasteur –Président du PAREC a mis au devant la prière et la parole de Dieu, véritables armes, a-t-il soutenu, qui ont convaincu les détenteurs illégaux d’armes à se présenter sur les lieux indiqués pour y déposer les armes et recevoir, en échange, 100 dollars américains, un pagne, un pantalon jeans et un T-shirt du PAREC. Le Chef de l’Etat et, avec lui l’Exécutif Central, vient ainsi d’accomplir, à travers le PAREC, un pas de géant dans son ambitieux programme de pacification de l’ensemble du territoire national. Clin d’œil sur le PAREC Organisation non- gouvernementale de droit congolais, le PAREC poursuit entre autres objectifs, sauvegarder les acquis du Dialogue Inter Congolais et parachever le processus de paix entamé depuis la consultation nationale des confessions religieuses jusqu’à l’installation et à la consolidation de la démocratie ; assurer la formation en matière d’analyse des conflits et de leurs transformations, des techniques de négociation et de médiation ; promouvoir la culture démocratique par l’animation et l’éducation civiques de la population… S’agissant de son monitoring, le PAREC intervient dans les conflits armés et non armés, la recherche de la paix, la transformation et la résolution des conflits… Le PAREC a accompli plusieurs réalisations dont notamment, la récupération de 4.294 armes sur les deux missions de pacification organisées au Nord-Katanga du 22 janvier au 06 février et du 18 avril au 02 juillet 2005, missions dénommées «Echange Arme à feu contre vélo ».

Source : la Prosperité /kinshasa