fardc_photoscasques_bleus_arm_sL’opération « Kimia II » ne démarrera pas à la date prévue, à cause de problèmes logistiques. L’annonce a été faite par le porte-parole militaire de la Monuc, le lieutenant-colonel Jean-Paul Dietrich, au cours du point de presse animé, hier mercredi, à Kinshasa.

A ce sujet, Jean-Paul Dietrich a indiqué que la Monuc a mis sur pied des structures à Bukavu et dans les zones opérationnelles et que les commandants onusiens de l’opération rencontrent chaque semaine leurs homologues des FARDC. Avant de préciser qu’au Nord-Kivu, des opérations conjointes de la Monuc en appui aux FARDC se sont poursuivies, à travers les patrouilles quotidiennes, à partir de toutes les bases des Casques bleus. Cela, dans le but d’assurer la protection des populations locales.

Par ailleurs, a-t-il poursuivi, les FDLR se sont dispersées en petits groupes et ont trouvé refuge dans les forêts. La semaine dernière, 14 éléments des FDLR se sont rendus suite à la pression exercée sur eux par les opérations conjointes menées par la force de la Monuc et les FARDC.

La Monuc a, en outre, rapatrié 77 ex-combattants rwandais et 95 dépendants. Ces personnes ont été rapatriées au Rwanda depuis le début du mois de mai en cours, renseigne le rapport de la section de la Monuc en charge de démobilisation et rapatriement des ex-combattants, DDRRR. Une partie de ces combattants est issue des rangs des FDLR et d’autres proviennent de l’ex-mouvement politico-militaire, le CNDP. Ce chiffre porte à 2.197, le nombre d’ex-combattants rwandais et leurs dépendants rapatriés par le processus DDRRR de la Monuc depuis le début de l’année 2009, indique le même rapport.

En outre, le porte-parole militaire de la Monuc a fait savoir qu’une formation assurée par la Monuc à 130 militaires nouvellement intégrés dans les FARDC est en cours à Kanyabayonga. Elle porte sur les opérations conjointes visant à réconforter la population, les actes élémentaires du combattant, la technique de base, la communication, la recherche des renseignements, la discipline de feu et les exercices de niveau section.

Quant au Sud-Kivu, « la situation sécuritaire est globalement satisfaisante, bien que toujours imprévisible comme le montre l’incident survenu, le 22 mai 2009 au Parc Kahuzi Biega, où des éléments armés ont attaqué et pillé un véhicule ». Une patrouille de la Monuc qui se dirigeait d’Adikivu vers Bunyakiri est intervenue. L’attaque a occasionné la mort de 10 personnes et 15 autres ont été blessées, puis évacuées par les Casques bleus à l’hôpital de Bukavu

Source : le Potentiel/Kinshasa