TerminatorNos compatriotes de l’APARECO sont en liesses. En effet, ils viennent de fêter  ce mardi 05 Mai, le soixante troisième anniversaire de naissance de son leader-éclairé et sont en passe de célébrer au mois de Juin prochain, le 4è anniversaire de leur mouvement. D’ordinaire, en pareil circonstance, il convient de marquer une pause, pour louer les efforts et autres sacrifices consentis, afin de mieux affronter les différents défis qu’impose l’avenir. En ce qui me concerne, non, Monsieur Ngbanda, je ne m’associerai pas à ces festivités. Non « Terminator », un surnom de sinistre mémoire qui vous colle à la peau, en dépit de vos divers stratagèmes. Par égard pour vos nombreuses victimes, qui elles, n’auront jamais le bonheur de souffler leurs 63 printemps. Je pense ici notamment, aux chrétiens-martyrs abattus lors de la célèbre marche de 1992. Je pense également, aux nombreux militants, et autres étudiants, tous pionniers de la démocratie congolaise, torturés et mutilés par vos soins. Je n’oublie pas non plus,  les victimes innocentes de vos « hiboux », véritables « anges de la mort » qui semaient mort et désolation…………à travers la ville de Kinshasa.

En quittant Kinshasa sur la pointe des pieds, vous vous êtes non seulement rendu coupable de trahison mais bien plus, vous avez fait preuve d’un manque de loyauté vis-à-vis de votre figure tutélaire : Mobutu. Ces traits de votre personnalité ont marqué les esprits de vos camarades durant votre passage au séminaire de Bolenge, près de Lisala).

Depuis, vous errez. De Lomé à Paris, en passant par d’autres métropoles africaines, vous mobilisez et tentez de prendre en otage des compatriotes nostalgiques ou amnésiques, par vos élucubrations. Dans un discours où se mêlent les références religieuses et la promotion du terrorisme, le « Terminator » tente d’embrigader quelques compatriotes dans une aventure personnelle. Dans un accès de schizophrénie, Ngbanda emprunte tour à tour le costume du frère en christ, puis celui de pasteur. Profitant ainsi de la naïveté et de la crédulité des compatriotes victimes du syndrome de Stockholm. Ce comportement paradoxal des victimes de prise d’otage, qui se surprennent à adopter ou à défendre peu ou prou, les positions de leurs geôliers, opère encore aujourd’hui, surtout parmi nos compatriotes de la diaspora. 

Manipulations – Intox – Désinformation & coup fourré

A 63ans, Honoré Ngbanda alias « Terminator », expert-ès tortures et manipulations, n’est sans doute pas près de se mettre au vert. J’en veux pour preuve, sa dernière production, annonçant de manière anticipée, le décès du vaillant et populaire général Mbuza MABE. Dès l’annonce faisant état de la dégradation de l’état de santé du général Mbuza Mabe, « Terminator » via son officine, L’APARECO avait décidé de tout mettre en œuvre pour endosser les dividendes consécutives à l’’émotion légitime et à l’élan de solidarité observés au sein de la diaspora congolaise. Tel un charognard, par l’odeur de la mort alléché, Ngbanda s’est engouffré dans cette brèche et s’est illustré à travers son officine, de la pire manière que ce soit, par la production d’un ramassis de mensonges (Cfr. L’œil du Patriote du 09 avril). A Bruxelles, tout le monde se souvient encore de votre excès de zèle, notamment dans « la mégestion » des bourses dédiées aux étudiants congolais, lorsque vous occupiez le poste de Conseiller politique, chargé de l’encadrement de la Jeunesse du Mouvement Populaire de la Révolution. Tout comme, personne n’a oublié votre initiative hasardeuse, dans la confection des « faux », visant à compromettre l’ancien Premier ministre Nguz Karl i Bond……

Votre implication en tant qu’élément moteur dans la déportation et l’arrestation des compatriotes congolais déboutés du droit d’asile et autres refoulés…………

Plus récemment, le déblocage par vos soins, de la somme de 2000 euros, en guise des primes destinés à encourager vos jeunes sauvageons à organiser la prise en otage de Werrason à Paris.

A 63ans, sans doute, le poids de l’âge, Ngbanda radote et ne cesse de dénoncer des complots en permanence. Complot comme par hasard, déjà prédit dans sa longue bibliographie. Cette forme d’auto-consécration, confirme s’il en était encore besoin, de l’absence totale d’un projet politique élaboré au sein de l’APARECO. Seules « la vie » et « les œuvres » du président-fondateur Ngbanda, tiennent lieu de ligne politique. Cette hyperpersonnalisation du pouvoir, n’est pas sans rappeler les travers propres à une conception autocratique du pouvoir. Le « Président-fondateur » de l’APARECO, dépassera t-il son mentor ?

Nous les habitants de Kinshasa, n’avons pas non plus oublié votre investissement personnel, pour étouffer dans l’œuf, toutes velléités d’émergence d’une opposition politique au Zaïre, au début des années 90. Alors, lorsque vous tentez de vous imposer comme le chantre de la démocratie, et de surcroît  en donneur de leçons, vous donnez la piètre image d’un homme aux abois…………………en effet, vous avez dû refouler pendant longtemps vos penchants naturels pour

-    Le respect des droits de l’homme

-    Les vertus de l’alternance démocratique

-    Le respect des libertés individuelles

Non, définitivement, non, « Terminator », vous êtes l’homme du passif.  Je ne vous conteste pas le droit d’exister, mais de grâce, cessez de fustiger les premiers pas d’un nouvel ordre politique. En effet, la jeune démocratie congolaise est certes balbutiante, parfois tâtonnante……mais enfin, un nouvel horizon s’offre aux Congolaises et Congolais. La République démocratique du Congo a besoin de toutes les énergies, pour s’engager résolument sur le chemin du progrès social et du développement.

kongolais@gmail.com