RUBERWAAu Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), 18 membres sur une quarantaine du collège des fondateurs se sont réunis mardi en session ordinaire au siège du parti où ils ont renouvelé leur confiance à Azarias Ruberwa qu’un autre groupe, constitué de 15 membresm, a désavoué le week-end dernier. Un appel a été lancé à ce groupe à revenir à la raison

Pour les 18 membres du collège des fondateurs, Azarias Ruberwa est et demeure donc le président national du RCD. A l’issue de la réunion de ce mardi, ce dernier a lancé un appel à l’unité du parti pour affronter ensemble la période électorale qui pointe à l’horizon. « Nous comprenons que c’est fatal. S’il y a la division du parti, les élections en pâtiraient. Et, donc, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir, si c’est le prix à payer, pour avoir l’unité du parti, a-t-il souligné. Ruberwa de poursuuivre : « Si les gens ne comprennent pas ça, ou prennent ça pour un acte de faiblesse, le moment venu, nous serons amenés à décider les sanctions qui sont prévues dans le même statut. Elles partent de blâme jusqu’à l’exclusion. » « Mais, nous avons voulu faire appel à la raison pour que les gens comprennent que nous sommes forts quand nous sommes ensemble. La fragilisation, elle a été le week-end. Mais, nous pensons travailler et réussir là où les gens pensaient que c’en était fini avec le RCD », a conclu l’ancien vice-président de la République.

Réagissant à cet appel de Azarias Ruberwa, le député national RCD Adolphe Onusumba, l’un du groupe qui le désavoue, estime que c’est plutôt à ce dernier de revenir à la raison. Onusumba explique : « C’est lui qui nous a lancé un appel, ou c’est nous qui avons lancé l’appel les premiers ? Dimanche, nous avions été au siège où nous avions voulu parler avec le président qui nous a ignorés, qui est parti et nous a laissés sa garde pour nous contrer. Donc, c’est lui qui doit normalement revenir à la raison et parler avec nous, parce que nous, nous n’avons jamais voulu la division de notre patrimoine commun. Déjà, les députés se sont réunis hier [lundi], tous les 15 députés du RCD, qui ont estimé qu’il fallait qu’il parle avec le comité de crise qui a été mis en place. Lui a estimé qu’il n’était pas encore prêt, et qu’il fallait qu’on attende. C’est lui qui n’est pas ouvert au dialogue. Il veut s’accrocher au pouvoir, ce qui est triste. »

Source : Okapi/kinshasa