casques_bleus_arm_sLe représentant spécial du secrétaire général de l’Onu en RDC, Alan Doss, a réitéré le triple soutien de la Monuc aux FARDC dans le cadre de l’opération Kimia II programmée dans les Kivu. C’est au cours du point de presse animé, hier mercredi au quartier général de la Monuc qu’il a fait cette déclaration. Ce, après avoir passé trois jours dans le Kivu pour passer en revue avec les partenaires congolais, civils et militaires les « efforts fournis jusqu’ici pour mettre fin aux conflits qui ont ravagé cette partie de la RDC ».

Sans entrer dans les détails opérationnels, le chef de la Monuci a fait savoir que son organisme appuie les FARDC sur le plan logistique, technique et opérationnel. « Nous avons examiné les opérations planifiées et exécutées conjointement dans le cadre de l’opération « Kimia II », ainsi que les déploiements et les autres actions des FARDC et de la Monuc qui visent à améliorer la protection des civils », a souligné M. Alan Doss.

En outre, il a fait remarquer que le ministre de la Défense, Mwando Simba, le haut commandant des FARDC, le lieutenant-général Didier Etumba et le commandant de la force de la Monuc, le général Babacar Gaye et lui-même ont saisi cette occasion pour « annoncer aux uns et aux autres des résultats obtenus jusqu’à ce jour, faire connaître les préoccupations de tout le monde et les mesures nécessaires pour surmonter les défis et définir les perspectives».

Pour le chef de la Monuc, Kimia II est une campagne militaire qui a trois objectifs principaux : protéger la population, mettre fin à la menace des FDLR en les persuadant de désarmer et rentrer au Rwanda et rétablir l’autorité de l’Etat dans les deux Kivu. Cette campagne comprend toute une gamme d’actions qui seront ponctuelles ou/et inscrites dans la durée. Un autre élément important mis en évidence au cours des séances de travail est le besoin de soutenir les efforts du gouvernement et du commandement des FARDC afin de les rendre plus efficaces. La rencontre a insisté également sur la discipline et le moral des troupes et le rapprochement des FARDC de la population. Enfin, le chef de la Monuc a fait savoir que deux thèmes ont dominé leurs discussions : comment mieux protéger les populations et comment mettre fin à la menace des FDLR. Il a affirmé que « les FARDC bien organisées, bien équipées et soutenues qui se comportent professionnellement et qui jouissent du soutien de la population, sont la clé à la stabilisation de l’Est ».

Source : le Potentiel/Kinshasa