beachC’est déjà la saison sèche dans la partie sud du pays. Les armateurs des baleinières lancent un cri d’alarme. La navigation devient difficile dans certains biefs du fleuve Congo. Les eaux du fleuve baissent, causant ainsi l’ensablement des baleinières et autres bateaux des marchandises. La Régie des voies fluviales, RVF, dit ne pas disposer des moyens suffisants pour le balisage complet du fleuve Congo

Pendant la saison sèche, barges et baleinières sont confrontés à l’ensablement sur le fleuve Congo et ses affluents. Actuellement, certains armateurs vivent déjà cette situation, notamment, sur les rivières Kasaï, Fimi et Lukeni. Ces armateurs sont obligés de décharger les marchandises pour les recharger plus loin ou payer le service d’un éclaireur.
Charles Mpompo, armateur de la baleinière la Bénédiction de l’Eternel, déclare : « J’ai connu l’ensablement vers la rivière Lukeni, juste sur le village Wenze où nous avons passé 2 jours. Maintenant, ça s’empire parce qu’il y a une baleinière qui vient de faire 7 jours, ils sont sur place. »

Par ailleurs, la Régie de voies fluviales annonce le début des travaux pour de balisage du fleuve pour le mois de juillet. Mais elle dit ne pas disposer de moyen suffisant à cette fin.
« Pour la RVF, les moyens sont vraiment très précaires pour le moment. C’est vrai que le gouvernement devrait venir en appui après de 80% dans le fonctionnement de la RVF. L’Etat étant en difficulté, nous nous concentrons seulement sur le 20% que nous essayons de percevoir auprès des armateurs », indique Berlin Mbiando, administrateur délégué général de la RVF, déclare
Conséquence de cette situation : les prix de denrées alimentaires augmentent, 1 sac de maïs, par exemple, est passé de 28 000 à 35 000 Fc à Kinshasa, certains commerçants redoutent que la situation n’empire si rien n’est fait.

Source : okapi