cndp_mortsMalgré les opérations conjointes menées par les FARDC et la Monuc, les rebelles hutu rwandais, FDLR, continuent à prendre en otages les populations de plusieurs localités du territoire de Shabunda, au Sud-Kivu.

Les populations des six localités de l’Est et du Nord du territoire de Shabunda, dans la province du Sud-Kivu, sont prises en otage par les éléments des FDLR (Forces démocratiques pour la libération du Rwanda) qui sont encore nombreux dans la région. D’après les autorités territoriales, cette situation dure depuis un mois et les chefs d’encadrement administratif de ces localités ont fui la zone, craignant pour leur vie. Les localités concernées, rapporte radio Okapi, sont Kingulube, Luyuyu, Nzovu, Nyalubemba, Lubila et Isenza. C’est dans ces localités que les FDLR ont érigé leur nouvel état-major dans la région, affirme les mêmes autorités.

Ces rebelles ont érigé plusieurs barrières, empêchant ainsi les populations locales de quitter leurs villages. Toutes les pirogues pour la traversée de la rivière sont aussi confisquées par ces rebelles, selon des sources militaires.

Un chef de poste d’encadrement qui a réussi à s’enfuir, affirme que les FDLR torturent et maltraitent les populations civiles sous leur contrôle. Et pour couper toute communication avec le reste du territoire, ils se sont emparés de tous les téléphones, ajoute-t-il.

L’administrateur assistant de Shabunda affirme que ces rebelles sont beaucoup plus attirés par l’exploitation du coltan, de la cassitérite et de l’or, très abondants dans la région […] Les FARDC promettent d’intervenir dans les tout prochains jours. En attendant une probable intervention de l’armée nationale, les populations de ces localités continueront à subir la loi des FDLR. La situation que traverse actuellement les populations du Sud-Kivu, est l’une des conséquences de la traque non achevée des FDLR au début de l’année par les forces armées du Rwanda et de la RDC.

Les FDLR qui se comportent en RDC comme dans un pays conquis ont pris leur vengeance sur la population civile. Ils pillent les maisons, brûlent les villages, violent les femmes et volent les biens qu’ils trouvent sur place. Mais il est grave d’entendre que les rebelles rwandais pillent aussi les minerais du sol congolais qu’ils revendent pour s’approvisionner en armes et attaquer l’armée de la RDC. Malgré l’offense des FARDC soutenues par la MONUC, les populations restent prisonnières dans ce territoire et attendent leur libération. Le gouvernement doit donc mettre les bouchées doubles afin de mettre les rebelles rwandais hors d’état de nuire.

source : le Potentiel/kinshasa