L’heure est grave et tout doit se faire dans le sérieux et avec célérité. C’est ce qu’on peut déduire de la manière selon laquelle le Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, a solennellement présidé la séance d’ouverture des travaux sur la Conférence des Gouverneurs, hier mercredi 24 juin 2009, à 10 heures, heure locale de Kisangani. Contrairement à ce qui était annoncé, ladite conférence ne s’est pas tenue à l’Alliance Franco-congolaise, mais plutôt à l’Hôtel du Gouvernement, situé dans la commune de Makiso, à Kisangani, Chef-lieu de la Province Orientale. Une façon pour Kabila de donner un cachet spécial à ce forum. L’occasion était aussi donnée pour sceller la cohésion au sein du couple Kabila-Muzito. Voilà pourquoi les deux hommes ont marché, sous un soleil de plomb, sur une distance de 3Km dans les artères de la ville boyomaise. Bien plus, ils se sont rendus à 40 Km de la ville pour visiter la route Kisangani-Bunia, avant de revenir pour la suite des travaux de 16 heures à 20 heures. Bien que rien n’a filtré à cause du huis clos décrété pour la sérénité des travaux, les fins limiers de La Prospérité ont réussi à glaner quelques bribes d’informations faisant état de la mise en place, par les participants, d’un Secrétariat. Puis, ils ont procédé à la validation des mandats avant d’élaborer le Règlement intérieur. Et, pour le bon déroulement des travaux, deux commissions techniques ont été instituées. La première s’occupe des matières administratives et juridiques. Tandis que la seconde axe ses travaux sur les aspects liés à la reconstruction et au développement. Présents dans la salle, tous les Gouverneurs des provinces venus quelques jours avant, excepté Médard Autsai Assenga qui évolue dans sa propre juridiction. Le Premier Ministre, Adolphe Muzito et le Ministre de l’Intérieur, Célestin Mbuyu, aux côtés du Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, ont également pris part à ces assises dont les travaux se clôturent aujourd’hui. Marche dans les artères de Kisangani A la pause, après la première partie des travaux, Joseph Kabila a convié son Premier ministre, Adolphe Muzito, à une marche sur une distance, longue de 3 Km, dans les artères de Kisangani. Ça été le temps fort de la journée puisque cette marche a drainé un monde fou au point de couper définitivement court aux commérages faisant état d’un désaveu de Kabila face à la gestion de Muzito. Par ailleurs, le couple Kabila-Muzito s’est même rendu à quelque 40 Km de la ville pour visiter la route Kisangani-Bunia avant de revenir pour la reprise des travaux de 16 heures à 20 heures. Bien que rien n’a filtré le premier jour à cause du huis clos décrété pour assurer la sérénité des travaux, les fins limiers de La Prospérité, Quotidien de l’avenue de la paix, à Mont Fleuri, ont réussi à glaner ça et là quelques bribes d’informations auprès de certains participants. La démarche, a-t-on appris, a consisté d’abord à mettre en place un Secrétariat. Cet organe technique, croit-on savoir, est chargé d’assurer l’organisation et le fonctionnement de la Conférence des Gouverneurs. Outre la mise sur pied de cette structure, il a été question de valider les mandats des participants. C’était une occasion pour s’assurer de la présence personnelle et effective des membres devant prendre part à ces assises dont l’importance n’est pas à démontrer en cette période cruciale de l’histoire de notre pays où le mot décentralisation, non seulement qu’il circule sur toutes les lèvres, mais qu’il est sujet à controverse aux yeux de plusieurs personnes à travers le territoire en raison des germes d’un conflit latent qu’il recèle ; conflit à situer lors de la division du pays en 26 provinces. Par ailleurs, comme toute assemblée, la Conférence des Gouverneurs s’est dotée d’un Règlement intérieur. C’est pour assurer le fonctionnement régulier de cette institution. Il s’agit là, pour certains, d’un code de bonne conduite qui permettra aux participants de tracer les limites ou le cadre de leurs interventions. Ainsi, pour favoriser le déroulement harmonieux des travaux, deux commissions techniques ont été instituées. La première tablera sur les matières administratives et juridiques, tandis que la seconde axera sa tâche sur les aspects liés à la reconstruction et au développement. Loin s’en faut, l’on sent déjà l’ampleur du travail qui sera abattu bien que les deux jours initialement prévus pour les assises soient considérés comme moindres par maints analystes qui ne s’expliquent pas pourquoi ce forum n’était pas précédé de travaux préparatoires des experts venant de chaque province. Puisque la fin des travaux intervient aujourd’hui, il n’est pas exclu que des recommandations soient arrêtées pour donner suffisamment des matières aux Gouverneurs et, éventuellement, réveiller ceux qui dormaient encore sur leurs deux lauriers. C’est un premier exercice qui sera suivi certainement d’autres ; encore que la Constitution consacre la tenue de la Conférence des Gouverneurs, deux fois l’an. Ghislain Lubula

Source : La Prosperité/Kinshasa