parlementPlus de 250 parlementaires, dont une dizaine de présidents d’Assemblée, représentant plus de 50 pays francophones sont attendus à la 35ème session de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie qui se déroulera dans l’Hémicycle de l’Assemblée nationale française. La délégation congolaise quitte Kinshasa le week-end pour Paris. L’un des Etats le plus vaste de l’Organisation internationale de la Francophonie, la RDC, pays post-conflit, polarise l’attention de tous les pays membres. C’est pourquoi, la présence de cette importante délégation congolaise aux assises de Paris va assurément raffermir les liens de coopération entre Kinshasa et les autres Etats francophones du monde à travers ses parlementaires.

Selon plusieurs sources concordantes, cette assemblée sera présidée par Guy Nzouba-Ndama, président de l’Assemblée nationale du Gabon et président en exercice de l’APF. Ce dernier répond ainsi à l’invitation de M. Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale française et de la section française de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie. Cette rencontre consultative de la Francophonie débutera ses travaux par l’audition de M. Abdou Diouf, Secrétaire général de l’Oif, qui répondra ensuite aux questions et préoccupations des parlementaires.

Au cours de ces assises, un débat général portera sur la « Crise financière, lutte contre la pauvreté et développement », thème fondamental sur lequel l’Assemblée a beaucoup travaillé. L’Association parlementaire francophone, qui se veut la vigie de la démocratie dans l’espace des locuteurs du français, se définit comme un observateur attentif des pratiques de la démocratie, des droits et des libertés.

Composante de l’Oif, les parlementaires de l’Association parlementaire francophone ont souvent effectué des missions de bons offices dans plusieurs pays membres. Forte de 53 pays membres, ils ont mené une soixantaine de missions dans quelque 25 pays au cours de ces dernières décennies.

Source : le Potentiel/Kinshasa