Des hommes en uniforme non identifiés ont abattu par balles, dans la nuit de samedi à dimanche, trois personnes dans une maison d’un pasteur à Rusthuru centre. A une dizaine de kilomètres de là, trois heures plus tard après le triple meurtre, un policier a également été tué par balle après un assaut attribué à des FDLR coalisés avec des Maï-Maï

Selon des témoins, peu après la tombée de la nuit, samedi, des jeunes gens en uniforme et armés, ont fait irruption dans la maison d’un pasteur d’une église locale. Sans sommation, ils ont tiré à bout portant sur les trois personnes trouvées : le pasteur lui-même, un de ses fidèles et un commerçant. Après leur triple crime, les assaillants seraient sortis et repartis en toute quiétude sans rien prendre sur leurs victimes. L’identité des tueurs n’a pas été donnée, mais certains témoignages disent avoir aperçu dans le groupe des jeunes gens du terroir.

Près de trois heures plus tard, la même nuit, une position de la police nationale a été attaquée à Kinyandonyi, à une dizaine de kilomètres de Rusthuru centre, par des éléments FDLR coalisés avec des Maï-Maï, indiquent d’autres sources. L’échange des tirs entre les assaillants et la police a duré près de 30 minutes, selon les mêmes sources qui n’ont pas donné le bilan du côté de l’ennemi. En revanche, côté de la PNC, elles affirment qu’un policier a été abattu, et trois maisons de fortune des soldats FARDC ont été incendiées.

Un acte de sabotage, selon le commandant de la police de la place. Cette attaque sur la position policière de Kinyandonyi est la deuxième en l’espace d’un mois, rappelle-t-on.

Source : Okapi