la prostitution règne en maître, aussi bien du côté de Masina que Kingasani. Dès qu’il est 19h30’’, les passants sont indignés par ce qui se déroule en ce lieu. Des actes immoraux sont posés par des jeunes filles et garçons, femmes et hommes adultes qui s’y adonnent aux caresses. Ils vont jusqu’à commettre des actes sexuels debout, en s’appuyant contre les murs des magasins ou en s’allongeant sur les étalages qui accueillent les produits au cours de la journée. Ces actes de bestialité exacerbent des êtres de bonne éducation. Le comble en est que la police placée à cet endroit ne fait pas son travail comme il se doit. Dès que les agents de l’ordre arrivent à mettre la main sur ces impudiques, ils arrêtent seulement les hommes et laissent partir leurs partenaires. Même contre ces descendants d’Adan pris en flagrant délit, les policiers exigent des amendes transactionnelles vraiment modiques. Les montants exigés sont souvent de l’ordre de 500 Fc, 700 Fc et 1000 Fc. A cause de ces pénalités insignifiantes, la prostitution prend de plus en plus de l’ampleur dans ce quartier. Et pour les habitants du coin, le marché Pascal n’a rien à envier à Sodome et Gomorrhe

Source : le Potentiel/Kinshasa