Mme Anne Mbuba Gizenga, épouse de l’ancien premier ministre Antoine Gizenga, est à la barre. Elle est accusée de n’avoir pas honoré sa part de contrat  à l’organisation du festival de Gungu. Mme Gizenga devait comparaître hier mercredi devant le tribunal de grande instance de Kinshasa. Mais l’assignée ne s’est pas présentée à l’audience où l’attendait le requérant, le docteur Placide Midi a Gumana. Le tribunal a remis l’affaire au 12 août prochain

Le docteur Placide Midi a Gumama a saisi le tribunal de grande instance de la Gombe (Tgi) depuis le 18 juillet dernier. Il a formulé 3 chefs d’accusation essentielles à savoir : la dissolution de l’Asbl « Festival de Gungu », la résolution de la cession passée avec Anne Mbuba Gizenga pour non paiement du prix, la restitution de tout droit sur le festival, plus naturellement les dommages et intérêts. Selon l’acte d’assignation, le docteur Midi exige réparation, à hauteur de 2 millions de dollars américains ou l’équivalent en Francs congolais.
Pour l’avocat du requérant, Me Coco Kayudi, Anne Mbuba Gizenga a été notifiée par le Tgi pour comparaître. Elle a refusé l’exploit de justice. Pas un seul avocat ne l’a représentée au Tgi, affirme l’avocat.
La pomme de discorde, c’est l’acte de cession conclu entre les 2 parties [Ndlr : Mme Gizenga et docteur Midi] le 19 septembre 2008. Au terme de cet acte, M. Midi avait cédé l’organisation de son festival de Gungu à Anne Mbuba, en contre partie d’une rétribution. Jusqu’à ce jour, précise l’avocat du requérant, l’assignée n’a pas honoré sa part de contrat. Et le festival qui est à sa 9è édition, fonctionne comme si c’était une affaire propre à Mme Gizenga, explique l'avocat

Source : okapi/Kinshasa