La décision de la Commission électorale indépendante (CEI) de prolonger de deux semaines les opérations de la révision du fichier électorale dans la ville de Kinshasa est bien accueillie par l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) d’Etienne Tshisekedi

Tel était d’ailleurs le souhait de ce parti politique. « Nous étions les premiers à demander cette prolongation, du simple fait que beaucoup de nos combattants n’avaient pas été enrôlés en 2005-2006 », a souligné le secrétaire général de l’EDPS, Alexis Mutanda. Et de poursuivre : « Donc, cette fois-ci, évidemment, c’est une occasion pour eux de se faire enrôler massivement. Ce que nous leur avons demandé depuis le début. C’est pour cela que nous demandons à la CEI de faire tout ce qui est en son pouvoir pour que, pendant cette période, que les machines puissent être opérationnelles, et que le personnel de la CEI puisse venir à temps au travail pour commencer les opérations à temps. »

La décision de la CEI est également saluée par la Ligue des femmes congolaises pour les élections (LIFCE) de la sénatrice Eva Bazaiba. Ce regroupement des femmes compte ainsi mobiliser plus des femmes pendant cette période de prolongation. « Nous pensons que ça nous permettra de récupérer les deux premières semaines où nous avons eu énormément des problèmes concernant la sensibilisation et la mobilisation des Kinoises et des Kinois pour aller, selon les catégories concernées, obtenir la carte électorale », a expliqué l’ancienne cadre de l’UDPS. L’objectif de cette ligue, a-t-elle laissé entendre, c’est d’amener le plus de femmes possible à l’enrôlement, surtout parmi les indécises, dans les proportions de plus ou moins 60 %.

Source : Okapi