L'ambassadeur britannique en République démocratique du Congo, M. Nick Kay a participé samedi, dernier, à Kisangani, en province Orientale, au lancement officiel du Programme de réhabilitation du réseau routier national prioritaire dénommé " Pro-Routes ". La cellule de communication de l'ambassade britannique renseigne que le Royaume Uni participe au programme avec une enveloppe financière de 125 millions de dollars américains.

En effet, la contribution de la Grande Bretagne a été doublée, a tenu à souligner M. Nick Kay. Initialement les chiffres s'élevaient à 62,5 millions de dollars soit la moitié du montant désormais annoncé.

L'ambassadeur britannique en RD Congo a, à la même occasion, annoncé le lancement très prochain des travaux de remplacement du pont de 120 mètres à Mombassa en Ituri. Le pont de Mombassa relie la RDC à l'Ouganda.

Le " Department for international development " DFID, a initié la création d'un Trust Fund Multi Bailleurs au niveau de la Banque mondiale pour financer le " Pro-Routes ". Dans la foulée, la Banque mondiale finance le projet un peu moins que la moitié du montant prévu par la Grande Bretagne. La contribution de la BM (Banque mondiale) s'élève à 50 millions de dollars américains.

Le Trust Fund restera ouvert pour une période de 10 ans et invite d'autres bailleurs de fonds à contribuer pour aider la République démocratique du Congo.

Le vice-Premier ministre Bongeli qui a à sa charge la reconstruction et qui représentait le chef de l'Etat a loué l'efficacité de " Pro-Routes " et inscrit cela dans le cadre des cinq chantiers du gouvernement. Il a également exhorté les populations locales bénéficiaires à une gestion responsable du matériel mis à la disposition ainsi qu'à l'entretien permanent du réseau routier.

" Le rétablissement des infrastructures routières fonctionnelles à travers un pays ayant connu plusieurs années de division pendant la période de conflit ne peut que renforcer la paix par le rétablissement des liens sociaux rompus. Et il va sans dire qu'un réseau routier fonctionnel constitue un des préalables au développement de la RDC, donc à la réduction de la pauvreté dans le pays ", soutient l'ambassadeur britannique en RDC.

La contribution du Royaume Uni s'inscrit dans le cadre général des deux axes principaux de sa stratégie d'action en RDC, axes qui sont en l'occurrence la consolidation de la paix et la réduction de la pauvreté.

Tout de même, les routes à réhabiliter sont sélectionnées par le ministre des Travaux publics, Infrastructures et reconstruction, à partir du réseau prioritaire de 15.000 km et sur la base des critères tels que avoir des liens physiques avec d'autres projets de réhabilitation de routes, avoir des connections avec les grands centres des populations, la densité de la population ainsi qu'avoir accès aux équipement matériels.

Le programme vient donc aider au désenclavement de la RDC et de ses provinces qui ont réalisé d'importants progrès mais de manière plutôt isolée sinon disparate ne prenant pas suffisamment en compte l'impact environnemental et social.

La coopération britannique, la Banque mondiale, le gouvernement congolais et d'autres partenaires entendent donc désormais apporter une nouvelle approche à la réhabilitation de routes en RDC.

Les Britanniques restent déterminés à appuyer le gouvernement et renforcer ses capacités à rouvrir et à assurer l'entretien de 1.800 km d'un réseau de routes prioritaires reliant Kisangani, Banalia, Buta et Bunduki. A ce sujet, DFID travaille en étroite collaboration avec la cellule infrastructures de l'Office des Routes.

" Il convient également de revitaliser les capacités des compagnies sous-traitantes du secteur privé qui travailleront en collaboration avec l'Office des Routes ", a souhaité l'ambassadeur britannique en République démocratique du Congo dans un communiqué de presse diffusé lundi dernier.

Source : l'observateur/Kinshasa