L’information a filtré d’une réunion de prise de contact tenue fin juillet, à Kinshasa, par ses proches collaborateurs. Cette rencontre préparatoire au retour de celui qui est sorti 5ème à l’issue du 1er tour de la présidentielle de 2006, a permis aux cadres et sympathisants d’être fixés sur la participation de l’UREC aux prochaines élections municipales et locales. Ils ont eu également la confirmation quant à la candidature de leur Président, Oscar Kashala, à la présidentielle 2011. Voilà qui justifie la détermination de redynamiser les activités du parti restées en veilleuse, depuis bientôt trois ans. Un temps mort qu’on qualifie de repli stratégique à l’UREC qui, souligne-t-on, entend, dès maintenant, consolider sa base à travers toute la République Démocratique du Congo afin d’arrêter des stratégies pour la conquête du Pouvoir. Le Président de l’Union pour la Reconstruction du Congo, UREC, M. Oscar Kashala rentre au pays, sauf changement de calendrier, avant la fin de cette année. L’information a filtré d’une réunion de prise de contact tenue fin juillet, à Kinshasa, entre le Vice-président Fédéral de l’UREC/Europe, Jeef Ciamala ; la Secrétaire Générale Kimpiobi, le Secrétaire Général adjoint et quelques sympathisants de ce parti politique. A en croire notre source, cette rencontre préparatoire au retour de l’un des candidats malheureux à la présidentielle de 2006, a permis aux cadres et sympathisants d’être fixés sur la participation de l’UREC aux prochaines élections municipales et locales. Ils ont eu également la confirmation quant à la candidature de leur Président, Oscar Kashala, à la présidentielle de 2011. Voilà qui justifie, soutient Jeef Ciamala, la détermination de redynamiser les activités du parti restées en veilleuse après les élections de 2006. Un temps mort qu’on qualifie de repli stratégique à l’UREC qui, souligne-t-on, entend, dès maintenant, consolider sa base à travers toute la République Démocratique du Congo afin d’arrêter des stratégies pour la conquête du Pouvoir. Le mauvais calcul L’opinion espère que l’UREC aura suffisamment médité sur les raisons de sa débâcle aux élections de 2006. Ayant aligné, comme le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie et le Mouvement de Libération du Congo, 500 candidats, pour la plupart sans moyens et incognito aux législatives de 2006, l’UREC avait fait un très mauvais calcul. Conséquence, elle n’a obtenu aucun siège sur les 500 à l’Assemblée nationale. Une stratégie qui a fait perdre à celui qui se faisait passer pour l’ami de Bush des milliers de dollars américains alors qu’il pouvait miser sur une centaine de candidatures, en prévoyant un fonds pour la campagne électorale. Des nouvelles donnes Originaire du Kasaï Oriental, Oscar Kashala a été classé 5ème grâce aux voix obtenues pour la plupart dans les deux Kasaï, le Katanga et à Kinshasa. Ce qui fait dire à certains observateurs qu’il aurait raflé les voies principalement dans des zones acquises à l’Udps d’Etienne Tshisekedi. Et maintenant que l’Udps a compris que la politique de la chaise ne paie jamais et qu’il faut savoir se jeter à l’eau, Oscar Kashala a tout intérêt à multiplier des stratégies pour convaincre, non seulement la population congolaise, mais aussi à savoir tisser des alliances, le moment venu. Car, au regard de la recomposition de l’arène politique congolaise, les élections de 2011 s’annoncent imprédictibles.

Source : la prosperité /Kinshasa