Le président de la Banque mondiale a effectué ce mardi une visite de quelques heures à Goma. Robert Zoellick a été reçu dès son arrivée par le président Joseph Kabila. L’entretien entre les deux personnalités a tourné autour de la question liée à la sécurité dans la région et la crise mondiale. Robert Zoellick, s’est dit satisfait des accords de paix déjà conclus entre la RDC et le Rwanda. D'après lui, la RDC mérite des financements supplémentaires pour le rôle que jouent ses forêts dans la lutte contre les changements climatiques


Robert Zoellick : « J’ai félicité le président pour l’accord qu’il a signé récemment avec le Rwanda. Je sais qu’il y a encore beaucoup à faire pour stabiliser le secteur sécuritaire, néanmoins c’est une étape importante qui a été franchie. La Banque mondiale est en train de travailler pour soutenir la RDC, bien sûr avec la Monuc, dans leurs efforts de démobilisation des milices », a affirmé M. Zoellick.

Quant au changement climatique, le patron de la Banque mondiale y attache une grande importance : « Je l’ai dit au président et aussi hier aux ambassadeurs, que s’il y a une manière avec laquelle nous pouvons contribuer, nous allons le faire. Et nous avons dit qu’avec les changements climatiques qui sont en train de se produire au niveau mondial, ça peut être une opportunité de fournir à la RDC des financements additionnels, par ce que la RDC possède à elle seule 50% des forêts africaines »

Goma est la troisième étape du président de la Banque mondiale après Kinshasa et Inga. Le but de sa tournée dans la région est de se rendre compte de certains dégâts causés par la crise économique et les conflits armés avant de faire le plaidoyer auprès des investisseurs et des bailleurs de fonds en faveur de cette région. Après l'étape de Goma, Robert Zoellick s'est rendu au Rwanda, avant d'achever sa tournée en Ouganda.

Source : okapi