Depuis plus d’une semaine, les bureaux d’enregistrement et autres services de chancellerie sont restés fermés en dépit des frais déjà payés par les requérants de passeports biométriques. Pour cause, la confusion autour de l’authenticité de l’attestation de nationalité. Des centaines de requérants sollicitent alors l’intervention du gouvernement pour décanter la situation

Chaque jour, les requérants arrivent devant grilles fermées de chancellerie du ministère des Affaires étrangères dès 05 heures du matin et quittent le soir sans aucune information. Une situation qui les inquiètent de plus en plus. «Vraiment, nous sommes inquiets. Nous avons payé de l’argent pour obtenir des passeports, mais jusqu’à présent, ça pose toujours de problème. Cela fait 10 jours que nous attendons… », a déclaré un des demandeur de passeport, Augu Mbowa.

Du coté du ministère, on parle plutôt d’une mesure intérimaire prise pour vérifier et faciliter l’authenticité des documents préalables à l’obtention du passeport. Toutefois le secrétariat général du ministère des Affaires étrangères rassure que la situation est décantée et que le travail reprend incessamment. « Il faudrait que l’on sache le vrai document qu’il faudrait prendre en compte pour la délivrance du passeport. C’est ce qui fait qu’on a suspendu momentanément cette opération pour attendre l’évolution de l’enquête sur ce document-là. Il n’y a pratiquement plus de problème», explique le secrétaire général ad intérim, Adolphe Mbowa Ngudie.

Le ministre de la Justice avait dénoncé la livraison des passeports sur de faux tenant lieu de l’attestation de nationalité. Raison pour laquelle, les deux directeurs de chancellerie des Affaires étrangères et de la Justice sont interpellés et gardé à la police depuis plus d’une semaine, rappelle-t-on.

Source : Okapi