Désormais, interdiction de téléphoner au volant. Cette mesure est de nouveau en vigueur. Selon un communiqué diffusé lundi sur les médias de Kinshasa, cela se justifie par de nombreux accidents constatés. Mais l’opinion générale se demande qu’est-ce qui fait que toutes les mesures précédentes ne sont pas appliquées ? Radiookapi.net s’est intéressé à ce sujet et a posé la question au chef de département des opérations à la police de circulation routière.

Accident de circulation sur l'avenue Kasa Vubu à Bandal

 

Pas de téléphone au volant, cette mesure, qui a toujours existé dans le code de la route, est de nouveau en vigueur. Pour cause, la Police Spéciale de Roulage a enregistré beaucoup de cas d’accidents causés par le téléphone. Mais on se souvient que ce n’est pas la première fois que de telles mesures soient prises sans toutes fois qu’il y ait un suivi permanent.
Il y a, par exemple, l’interdiction aux chauffeurs de faire des "demi-terrain" c'est-à-dire la moitié d'une course; le port obligatoire de ceinture de sécurité pour les chauffeurs et les passagers de devant; l’obligation à tous les receveurs d’être en position assis et de fermer les portières; le nombre limité de passagers pour ne pas être confinés comme dans une boite des sardines. Et récemment, le contrôle technique de tous les véhicules en bon état pour mettre hors usage des cercueils ambulants.

Mais pourquoi il n’y a pas un suivi permanent de toutes ces mesures ? Réponse avec Major Mukoma, chef de département des opérations à la police de circulation routière.
« Ceux qui croient qu’il n’y a pas de suivi, cette fois, ils doivent déchanter. Parce que, avec l’opération « tolérance zéro », nous allons toujours faire l’évaluation de tout ce l’on fait chaque semaine. Donc, si on trouve qu’il n’y a pas de suivi dans un secteur donné, on doit réveiller l’attention ceux qui sont sensés s’occuper de ce secteur là ».

Coté chauffeurs, censés respecter ces mesures, ils trouvent qu'un rappel de temps de temps n’est pas du tout mauvais : « Cette mesure est bonne car le téléphone nous distraie au volant. Il est préférable de garer la voiture pour ne pas gêner celui qui vous suit».

Les usagers de transport en commun espèrent que réellement la Police Spéciale de Roulage mettra des batteries en marche pour faire respecter toutes les mesures et faire un suivi permanent car, disent-ils, à quoi serviront-elles si elles ne sont jamais appliquées.

Source : Okapi