presidents_sadc_famillePaix, sécurité et intégration économique sont les maîtres mots sous les signes desquels le président Joseph Kabila qui a pris à Kinshasa le flambeau de la direction de la Sadc s’est engagé solennellement de conduire cette prometteuse communauté régionale continentale

La cérémonie officielle d’ouverture du 29ème sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Sadc s’est déroulée comme prévue, lundi 07 septembre, à la cité de l’Union africaine (Ua) où une grande tente blanche a été dressée pour la circonstance.

L’événement, comme l’a souligné l’hôte de ce sommet, Joseph Kabila, dans son mot de bienvenue, est une première à double titre. D’abord parce que depuis l’adhésion de la Rdc à la Sadc en 1998, il y a de cela exactement 11 ans, c’est pour la première fois qu’un sommet ordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de la Sacd se tient à Kinshasa.

 


Ensuite, ces assises interviennent à un moment manifestement historique pour la Rdc qui, réconciliée avec elle-même au terme d’une longue lutte et d’un processus démocratique et électoral exemplaire, s’attelle avec détermination à parachever les défis de la consolidation de la paix et de la construction nationale.

Dès lors, on comprend tous les efforts consentis au niveau de l’organisation par la Rdc pour donner à ces assises un éclat particulier. La Cité de l’Ua, qui abrite les travaux, a reçu une cure de jouvence. Les sites environnants ont vu les infrastructures, routes, bâtiments, etc, recevoir une peinture fraîche. Bref, le décor a communié avec la renaissance de la Rdc devenue fréquentable.

Le sommet a réuni un aréopage important : 7 chefs d’Etat dont un roi, Mswati III de Swaziland, Robert Mugabe (Zimbabwe) qu’accompagnait son Premier ministre Morgan Tsvangirai, Hifikepunye Pohamba (Namibie), Emilio Bonelli Y Hermando (Mozambique), Rupiah Banda (Zambie), Jacob Zuma (République sud-africaine), Joseph Kabila (Rdc) : deux anciens chefs d’Etat, Ketumile Masira (Botswana), Joachim Chissano (Mozambique), sans compter des personnalités politiques de haut rang venues représenter leurs pays (Angola, Tanzanie, Seychelles, Lesotho, Ile Maurice etc), des représentants de la Banque africaine de développement (Bad) et de l’Ua, etc.          

Quatre discours ont été prononcés au cours de l’ouverture des travaux : les mots d’introduction du Dr Tomaz Augusto Salomâo, Secrétaire exécutif de la Sadc, le mot de bienvenue de l’hôte du sommet, Joseph Kabila, le message de circonstance du président de la Zambie, Rupiah Banda, la déclaration du président de l’Afrique du sud et président sortant de la Sadc, Jacob Zuma.

Dans son mot de bienvenue, Joseph Kabila n’a pas oublié d’exprimer la reconnaissance de la Nation congolaise envers la communauté de la Sadc.

« Le peuple congolais se rappelle que nombre de digne fils venus des pays de la Sadc ont versé leur sang sur son sol pour la défense de sa souveraineté et l’intégrité de son territoire. La Nation congolaise leur sera à jamais reconnaissante », a-t-il déclaré sous les applaudissements de l’assistance. Cette reconnaissance a, du reste, été bien exprimée dans le chant d’accueil des artistes congolais à la Sadc.

Avant la passation du flambeau entre les présidents sortant J. Zuma et entrant J. Kabila, l’assistance a été conviée à deux temps forts enrobés par l’intermède culturel.

Le ministre congolais en charge de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel, (Epsp) Maker Mwangu, a procédé à la proclamation des lauréats du concours de dissertation pour les élèves du secondaire 2009.

L’organisation de ce concours témoigne de l’intérêt que la Sadc accorde à l’éducation, a déclaré Maker Mwangu, qui a cité Nelson Mandela : « l’éducation est l’outil le plus puissant qui puisse exister pour changer le monde ». Les lauréats, Maniango Jimmy de Zimbabwe (3ème Prix), Marie Ingira de la Tanzanie (2ème prix) et Alfred Kande de la Tanzanie (1ère prix) ont reçu leur prix de mains de M. Jacob Zuma.

Par la même occasion, le ministre congolais de la Communication et des médias, Lambert Mende, a proclamé les lauréats du concours de journalisme 2009 de la Sadc. Sur les 35 dossiers présentés pour ce concours, quatre gagnants ont remporté le prix dont celui de l’eau, denrée rare dans certaines régions et surabondante dans d’autres qui nécessite une utilisation rationnelle. L’honneur est également revenu au président Jacob Zuma de remettre les prix aux lauréats.

Après son premier discours au sommet, Jacob Zuma a transmis l’insigne présidentiel de la Sadc au président entrant, Joseph Kabila.

Le chef de l’Etat congolais et président de la Sadc pour l’exercice 2009-2010, a rappelé dans son discours d’acceptation de cette nouvelle charge l’obligation des résultats que tous attendent de lui. Il compte sur l’expérience de son prédécesseur J. Zuma pour l’épauler durant son mandat.

Le nouveau président de la Sadc s’est appesanti sur quelques sujets très importants qui nécessitent examen pour décision. Il s’agit, du changement climatique dont les populations de la communauté Sadc subissent déjà les effets néfastes telle que la sécheresse pour les uns et l’inondation pour les autres. Kabila a plaidé pour une position commune lors de la conférence de Copenhague.

Il a évoqué la question de la politique et sécurité, soulignant que sans la paix aucun développement n’est possible. Le problème des infrastructures a été également mis en exergue, car le déficit en infrastructures défavorise l’intégration régionale, le commerce dans la région etc.

De même, le nouveau président a souligné la nécessité de lever des options communes en matière d’énergie.

« Notre organisation », a-t-il rappelé, « s’est dotée pour objectif la promotion de la paix et la sécurité ainsi que l’intégration économique de la sous-région. Nous sommes ici réunis pour examiner le travail concrétisé jusqu’à ce jour et poser les jalons des tâches à venir ».

 


 

MOT DE BIENVENUE PRONONCE PAR SON EXCELLENCE MONSIEUR JOSEPH KABILA KABANGE, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE LA 29ème SESSION DU SOMMET ORDINAIRE DES CHEFS D’ETAT ET DE GOUVERNEMENT DE LA SADC

 


Monsieur Jacob ZUMA, Président de la République d’Afrique du Sud et Président de la SADC,
Majesté,
Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement et Chers Frères,
Distinguées Premières Dames,
Messieurs les anciens Présidents du Botswana et du Mozambique,
Monsieur le Secrétaire Exécutif de la SADC,
Distingués Invités,
Mesdames et Messieurs,

Mon pays se sent honoré d’abriter les assises de cette 29ème Session du Sommet ordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays membres de la Communauté de Développement de l’Afrique Australe.

Depuis l’adhésion de la République Démocratique du Congo à la SADC en 1998, il y a de cela exactement 11 ans, la tenue de cette session à Kinshasa est une première à double titre.

D’abord parce qu’en effet, c’est pour la toute première fois qu’un Sommet ordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays membres de la SADC se tienne dans mon pays.

Ensuite, parce que ces assises interviennent à un moment historique où le Congo, réconcilié avec lui-même au terme d’une longue lutte et d’un processus démocratique et électoral exemplaire, s’attelle résolument à parachever les défis de la consolidation de la paix et de la reconstruction nationale.

Il s’agit là d’un événement majeur dans la vie politique et diplomatique de Mon pays.

Au nom de Vos frères et sœurs de la République Démocratique du Congo et en Mon nom propre, Je salue Votre présence en terre congolaise, Vous souhaite la bienvenue et un agréable et productif séjour à Kinshasa.

Majesté,
Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,
Distingués Invités,
Mesdames et Messieurs,

Notre organisation s’est dotée pour objectif la promotion de la paix et la sécurité ainsi que l’intégration économique de la sous-région. Nous sommes ici réunis pour examiner le travail concrétisé jusqu’à ce jour et poser les jalons des tâches à venir.

Je Vous encourage donc à aborder les différents dossiers que Nous aurons à examiner dans un esprit de réelle unité et de recherche de performance.

Par Votre présence à Kinshasa, le peuple congolais se rappelle que nombre de dignes fils venus des pays de la SADC ont versé leur sang sur son sol pour la défense de sa souveraineté et l’intégrité de son territoire. La nation congolaise leur sera à jamais reconnaissante.

L’évolution du monde actuel impose à Nos Etats de travailler ensemble par delà les frontières nationales. Pour surmonter les épreuves à venir, Nous avons besoin de constituer de grands ensembles cohérents et capables de faire face avec dynamisme et détermination aux défis multiformes à relever.

Aujourd’hui plus que hier, Nous devons continuer l’œuvre de développement et d’intégration de nos économies. C’est dans l’unité et par le travail assidu que Nous réussirons à changer Notre destin commun en vue de construire un avenir meilleur pour la postérité.

Je formule le vœu de voir les travaux de Kinshasa constituer une avancée de plus dans Nos débats et surtout permettre de dégager des pistes concrètes de mise en œuvre des programmes prioritaires de Notre organisation sous-régionale.

Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,
Distinguées Premières Dames,
Distingués Invités,
Mesdames et Messieurs,

Une fois de plus, Je souhaite la bienvenue à tous et Je Vous remercie.