MibaCes employés licencié souhaite qu’on leur accorde une indemnité compensatrice et digne de fin de carrière, susceptible de leur permettre de mener une vie normale en attendant qu’ils trouvent mieux ailleurs. La société minière Tenge Fungurume Mining (TFM) au Katanga procède à un licenciement massif de son personnel. Déjà un premier groupe de 50 travailleurs devaient percevoir leur décompte final lundi, mais ne se sont pas présentés.

Les 211 travailleurs visés crient à l'irrégularité de procédure. Ils ont organisé, lundi à Lubumbashi, une marche de protestation qui s’est terminée au siège de l'assemblée provinciale, a constaté la presse.

La mesure de licenciement des agents de TFM est motivée par le souci de la réorganisation de l’entreprise. Mais, les travailleurs concernés disent ne pas reconnaître la délégation syndicale qui les aurait représentés au moment des discussions avec l'employeur.

Les travailleurs dénoncent les irrégularités flagrantes de la loi portant code du travail et de la convention collective et disent avoir été représentés par un syndicat qui n’a pas eu leur mandat.

A les en croire, sur la liste des agents à licencier, certaines personnes n’ont jamais été notifiées de sanctions. Et certains qui sont nouveaux sont retenus, tandis que d’autres qui sont plus anciens sont refoulés.

« Ce licenciement est abusif ! Il n’y a aucun procès verbal de suivi de l’autorisation du ministre de l’Emploi et de la Prévoyance sociale, qui est le patron de licenciement massif...», explique-t-il à la presse.

Selon eux, de novembre 2008 jusqu’à ce jour, il y a plus de 1.800 personnes qui ont été engagées.

Somme toute, le collectif de ces employés licencié souhaite qu’on leur accorde une indemnité compensatrice de fin de carrière.

Source : okapi