L’épisode d’expulsions brusques des Congolais de la RDC du Congo-Brazzaville risquait d’envenimer la séculaire coexistence pacifique des peuples frères des deux pays. Vite leurs deux leaders s’empressent de se retrouver très prochainement pour lever les équivoques et restaurer la parfaite harmonie

Le président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, est attendu dans un avenir proche à Kinshasa. La visite du chef de l’Etat congolais s’inscrit dans le cadre du renfor­cement des liens entre Kinshasa et Brazzaville.

Pas plus tard qu’il y a quelques jours, une délégation de la République du Congo conduite par le ministre près la présidence en charge de la Coopération, de l’Action humanitaire et de la So­lidarité, Charles Zacharie Bowao, a séjourné à Kinshasa. Venue en mission de travail, la délégation congolaise a mis à profit son séjour kinois pour faire le point de l’ensemble des questions de coopération, notamment en matière de circulation des per­sonnes et de leurs biens entre les deux capitales les plus rapprochées du monde.


Depuis des années, la Rdc et la République du Congo ont entretenu de bonnes relations dans beaucoup de domaines de la vie. Illustration : les peuples de ces deux pays qui ont une cul­ture commune vivent en harmonie. Ils traversent au quotidien les deux rives du fleuve Congo, pour des raisons de transaction commerciale.

Eviter le traite­ment inhumain

Curieusement, les ressor­tissants de la République démo­cratique du Congo « en situation irrégulière » ont été expulsés en août dernier, dans des conditions inhumaines par les services spé­cialisés du Congo-Brazzaville. La question que l’on se pose est celle de savoir pourquoi infliger un tel traitement aux congolais de Kinshasa ? N’y avait-il pas moyen de procéder autrement, quand bien même ces concitoyens seraient accusés d’être en situation irrégulière en terre brazzavilloise ? Telles sont les questions que bien des Con­golais de la RDC se sont posées. Surtout quand ils se réfèrent au climat des relations qui lient les deux pays.

Et pourtant, un tel pro­blème devrait être réglé par la voie diplomatique, estiment bon nombre d’observateurs. Avant de faire remarquer que chaque pays est libre de mettre de l’ordre sur son territoire. En cas de diffé­rends, les pays concernés met­tent sur pied une commission mixte, en vue de résoudre le pro­blème. C’est de cette façon que Kinshasa et Brazzaville devraient procéder. C’est-à-dire gérer le dossier des Congolais de la RDC en situation irrégulière avec beaucoup de sociabilité.

Le vin étant tiré, il faut le boire, dit-on ! Pour le moment, les deux pays sont obligés de tout mettre en oeuvre pour que de tels cas ne se répètent plus. La visite du président Denis Sassou Nguesso au pays de Joseph Kabila, ou vice-versa permettra aux deux pays d’harmoniser leurs vues sur un certain nombre de questions. Cela, dans le but de voir les relations entre Kinshasa et Brazzaville se renforcer davantage. Du côté des Congolais de la RDC, ils ne doivent pas perdre de vue qu’il faut être en possession des documents exigés par le pays hôte avant de s’y installer. C’est de cette façon qu’on évitera les tracasseries de tout genre.

Source : le Potentiel/Kinshasa