JusticeLe gouvernement congolais a décidé d’extrader, dimanche vers la Tanzanie, Grégoire Ndahimana, un présumé génocidaire rwandais recherché par le Tribunal pénal international (Tpi) d’Arusha. Ce transfert intervient après son audition par la justice militaire congolaise ; à laquelle il a pu donner tous les renseignements dont elle avait besoin, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende.

La justice congolaise a pu obtenir de Grégoire Ndahimana des informations nécessaires, vu que ce dernier était impliqué dans les activités criminelles des FDLR a expliqué M. mende.

«Ce dimanche dans l’après midi, Ndahimana sera remis, quelques heures plutard à ses juges naturels de la justice internationale à Arusha. Il y a eu un peu d’énervement de la part des responsables de la justice internationale à Arusha, qui pensaient que nous ne souhaitions pas l’extrader. En réalité, nous souhaitions absolument obtenir de lui des informations nécessaires à notre propre sécurité nationale d’abord. Ceci ayant été fait, nous avons trouvé maintenant l’opportunité de le remettre à la justice internationale comme nous avions pris l’engagement», a-t-il déclaré.

Ce geste démontre à suffisance que le gouvernement de la RDC est résolument engagé sur la voie de la paix à l’intérieur du pays et avec ses voisins, notamment le Rwanda, a ajouté le ministre de la Communication et des medias et porte-parole du Gouvernement. «C’est la contribution du gouvernement congolais à la stabilisation de la situation dans la région des Grands Lacs. Nous pensons que c’est un geste important qui est certainement apprécié à sa juste mesure par, non seulement nos partenaires du Tribunal pénal international sur le Rwanda, mais également par notre voisin, le Rwanda, avec lequel les relations sont en train de s’améliorer sensiblement. Et ceci constitue un geste supplémentaire de cette amélioration. Je pense que c’est la consolidation de la paix, qui peut être tiré comme enseignement de ce geste du gouvernement congolais», a estimé Lambert Mende.

Grégoire Ndahimana, un ancien maire rwandais, rappelle-t-on, a été arrêté le 11 août 2009 à Kashuga dans la province congolaise du Nord Kivu. Il est recherché par le TPI d’Arusha pour son rôle présumé dans le génocide perpétré contre les Tutsis en 1994 au Rwanda. Accusé de génocide et de crimes contre l’humanité, Ndahimana est notamment poursuivi pour le massacre de plus d’un millier de Tutsis qui avaient trouvé refuge dans le complexe de l’Eglise catholique de Nyange. Ils sont morts ensevelis lorsque l’église a été détruite par un bulldozer.

Source : okapi