drapeauKinshasa emboîte enfin le pas aux autres provinces. Le gouverneur de la ville André Kimbuta a présenté ce projet de budget lundi devant les députés provinciaux. Il s’élève à plus de 183 milliards de FC, dégageant ainsi un accroissement de 30%. Par la même occasion, l’exécutif provincial a présenté l’édit portant sur le budget 2009 réaménagé. Il a aussi fait lecture de l’exécution des 8 premiers mois du budget en cours


        Au cours des débats, les députés ont fait remarquer que lors de l'exécution du budget 2009, les dépenses ont été plus importantes et ont même dépassé les prévisions. Parmi les réalisations les plus visibles dans la capitale, il y a l’éclairage public. La deuxième phase de ces travaux a été lancée le 9 août de l’année dernière, il y a un peu plus d’un an. C’est encore le gouverneur Kimbuta qui en a donné le coup d’envoi. Ces travaux ont été exécutés le long des avenues Huileries et Kasa-Vubu. Selon le ministre provincial des transports, le rétablissement de l’éclairage public sur le tronçon Kasa-Vubu, a exécuté par l’entreprise Parisi Electro-Beton, avec le financement de la Banque mondiale.

Autre réalisation notable, c’est l’élargissement de la DGRK (La Direction générale des Recettes de Kinshasa (DGRK). Ce service fonctionnait jusque-là avec un personnel réduit. Il s’est voulu pourvoyeur des recettes de l'Hôtel de ville. A en croire son directeur général, Magloire Kabemba, la phase d’implantation sur le terrain avec le recrutement d'au moins 1000 unités, est en cours. Une façon pour l’Hôtel de ville de lutter contre le chômage et le spectre des détournements de fonds publics par des fonctionnaires, avec la complicité de certaines autorités politico-administratives. Mises à part ces quelques réalisations, l'Exécutif provincial n'a pas pu répondre aux attentes des Kinois, affirme un député.

Encore beaucoup d’embûches

Les réalisations de la capitale sont, à ne point en douter, en deçà des attentes et besoins des Kinois. De la salubrité à la réhabilitation des routes d’intérêt secondaire, en passant par l’insécurité, la tâche n’est pas facile. Il faudra que dans le cadre du budget 2010 en discussion, et aussi dans le budget réaménagé 2009, tenir compte de ces secteurs vitaux. Une autre embûche, c’est le manque d’un siège propre à l’organe délibérant de la capitale. Au départ, le gouvernement central avait proposé la salle Mongita, au croisement des avenues Kambare et Kasa Vubu, dans la commune de Kinshasa.
Cependant, cette salle de spectacle étant destinée à la culture et notamment à la production théâtrale et artistique, les artistes ont unanimement condamné son occupation et demandé aux autorités de revenir sur leur décision, en délocalisant l’assemblée provinciale. Actuellement, les députés provinciaux siègent provisoirement dans la salle Boboto, propriété privé du collège jésuite portant le même nom. Il faudra à la longue que l’organe délibérant de la capitale se dote de son propre bâtiment, de ses propres installations. Ce qui faciliterait la tenue de ses plénières.

source : Okapi