UdpslogDe la Belgique où il séjourne depuis plusieurs mois, Etienne Tshisekedi wa Mulumba invite - par le biais d'une interview accordée à radio okapi - ses partisans à s'enrôler massivement en prévision des échéances électorales de 2011 pour lesquelles l'UDPS est partie prenante. Il promet également de grandes décisions en vue de refaire l'unité du parti aujourd'hui écartelé entre deux tendances antagonistes...

            Après un mutisme longtemps affiché, le président national de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) est finalement sorti de sa réserve à la faveur d'une récente interview accordée à radio Okapi à partir de la Belgique où il séjourne depuis plusieurs mois. Dans cet entretien, le leader de l'UDPS déclare son intention de refaire l'unité du parti autour de sa personne en vue d'affronter les échéances de 2011 avec sérénité. Dans la foulée, il annonce de grandes décisions susceptibles de recadrer les choses en vue d'un meilleur fonctionnement de l'UDPS dorénavant astreinte à régénérer sur des nouvelles bases. « Très bientôt, je dois pouvoir prendre des décisions pour ramener tout le monde à l'unité et à la cohésion autour de moi pour que nous puissions préparer notre premier congrès et mettre le parti en ordre de bataille pour la conquête du pouvoir », a-t-il déclaré sans toutefois donner plus de détails sur la nature desdites décisions.

Pour lui, il est temps que l'UDPS, actuellement écartelée entre deux ailes antagonistes, refasse son unité et puisse gérer en toute responsabilité les ambitions pouvant se déclarer en son sein. Par ailleurs, tirant les leçons du passé, Etienne Tshisekedi a déclaré sans ambages que l'UDPS est bel et bien partie prenante aux scrutins de 2011. « Le temps qui s'est écoulé nous a servi d'expérience. Ainsi, nous n'allons pas revenir sur notre décision », a-t-il martelé avant de plaider pour un enrôlement massif de ses partisans. «Je demande à tous les combattants de l'intérieur qui ne se sont pas encore enrôlés de le faire », a-t-il ajouté tout en confirmant l'injonction faite à son secrétaire général «d'engager le parti sur cette voie ».

Le leader maximo a, toutefois, rassuré ses militants quant à la justesse de cette démarche pour laquelle il n'entend pas y revenir. « Pour le moment, nous avons plus de garantie pour que les choses soient prises au sérieux », a-t-il confié à radio okapi. Concernant son éventuel retour au pays, Etienne Tshisekedi a préféré garder le suspens en indiquant que ce n'était pas encore à l'ordre du jour. « Je crois que bientôt je vais me prononcer par rapport à cela », s'est-il contenté de dire.