MuzitoOlivierKamitatuJ. Kabila serait fortement embarrassé dans le choix qu'il est appelé à opérer entre plusieurs candidats sans ébranler l'AMP ! La guerre des tranchées entre le Premier ministre Adolphe Muzito et son ministre du Plan Olivier Kamitatu a déjà commencé pour la conquête de la Primature qui n'est pas encore vacante !

En effet, le week-end dernier, des membres influents de l'Alliance pour le Renouveau du Congo, formation politique membre de l'Alliance de la Majorité présidentielle au pouvoir dirigée par Olivier Kamitatu, sont revenus sur la tonitruante déclaration de ce dernier demandant instamment au Président J. Kabila d'opérer des changements radicaux au sein des institutions de la République en promettant du même coup de dénoncer certains faits qualifiés d'une extrême gravité.

Prenant longuement la parole sur les plateaux de radios et de télévision les plus écoutées de la capitale, les compagnons et autres partisans d'Olivier Kamitatu ont déclaré sans ambages qu'ils sont farouchement opposés à l'immobilisme et à la culture de jouissance de certaines personnalités de la coalition (On peut imaginer facilement à qui ils font allusion) et leurs refus des improvisations trop souvent constatées dans la gestion peu professionnelle de dossiers (on peut imaginer facilement à quoi ils font allusion). Une entreprise de séduction ?

S'en prenant vertement aux maux qui gangrènent le pays d'après eux, les affidés d'Olivier Kamitatu ont épingle entre autres le clientélisme politique, le népotisme et le trafic d'influence et de tant d'autres anti-valeurs qui affectent dangereusement l'administration publique et les entreprises du portefeuille de l'Etat avant d'indiquer l'opération « Tolérance zéro » ne doit pas se réduire à une simple entreprise de séduction mais, plutôt, à rendre effective l'action de réhabilitation de la justice et de la moralité publique.

La partie de déclarations publiques des hommes d'Olivier Kamitatu qui semble avoir porté le feu aux poudres de la partie adverse, celle conduite par Adolphe Muzito se résume en ces termes : « l'évaluation des actions réalisées par la plate-forme politique depuis que le Chef de l'Etat élu en 2006 doit être suivie de la restructuration et la nomination de nouveaux dirigeants de l'AMP !

Enfonçant le clou, les affidés d'Olivier Kamitatu ont conclu en disant, nous citons : « la désignation (des animateurs, des responsables à devrait refléter le pois politique réel de chaque formation politique en veillant à privilégier l'intérêt supérieur de la nation et l'efficacité au détriment des alliances conjoncturelles », fin de citation (On peut imaginer ici aussi à quoi et à qui ils font allusion) ! Olivier Kamitatu accuse Après les déclarations de membres de l'Alliance pour le Renouveau du Congo, la réaction de partisans et autres fanatiques du Parti Lumumbiste Unifié, PALU en sigle, ne s'était pas faite attendre, prenant littéralement à parti Olivier Kamitatu l'accusant de vouloir arracher la Primature à leur protégé Adolphe Muzito, alors que son mandat doit courir jusqu'à la formation dû gouvernement qui sortira des élections de 2011 ! Depuis lors, c'est une véritable guerre de tranchées qui fait rage entre l'ARC et les partis membres de l'AMP qui partagent son opinion sur la conduite des affaires gouvernementales, d'une part, et le PALU acquis au statu quo, d'autre part.

J. Kabila embarrassé !

Pendant ce temps, le Chef de l'Etat, autorité morale de l'AMP, s'emmure dans sa ferme de Kingakati ou quelque part dans la ville même de Kinshasa mais loin des bruits qui caractérisent celle-ci afin de réfléchir sur le problème.

D'après certaines sources, J. Kabila serait très embarrasse dans les options à lever mais il semble qu'il a déjà compris qu'il doit évoluer face à l'accord de partage du pouvoir conclu avec le PALU la veille du second tout de l'élection présidentielle en 2006.

Dans l'hypothèse d'un choix à faire entre plusieurs candidats, sur qui le Président de la République jetterait-il son dévolu sans risquer d'ébranler l'édifice AMP dont les murs sont déjà dangereusement fissurés suite aux frustrations mal contenues de certains de ses membres ?

En guise de réponde à cette préoccupation majeure de l'autorité morale de cette plate-forme politique au pouvoir le brain trust de ce dernier lui aurait conseillé de placer un outsider à la Primature, un homme ou une femme venus d'ailleurs à labri des influences de l'un ou l'autre camp !

Qui serait donc ce troisième, ou quatrième, ou encore cinquième larron en lisse qui viendrait profiter de l'embouteillage qui se crée ainsi maintenant dans les allées du pouvoir exécutif national à Kinshasa par des rivaux irréductibles d'Adolphe Muzito ? Seul J. Kabila a en main la clé de cet énigme.                                        

Source : la tempête des tropiques