C’est une formalité d’usage à laquelle Adolphe Muzito ne saurait se soustraire, en raison de son importance pour la session ouverte le 15 septembre dernier, à Kinshasa. Aujourd’hui, dans la matinée, il transmet, à Evariste Boshab, Président de l’Assemblée Nationale et, à Kengo wa Dondo, Président du Sénat, le projet de loi budgétaire, pour l’exercice 2010. D’après nos sources, c’est un budget équilibré en recettes et dépenses pour une projection chiffrée au total à 4,9 milliards de dollars américains. En recettes courantes 1838,9 milliards de Francs Congolais, soit 2,5 milliards USD. En recettes exceptionnelles 109, 2 milliards de FC, soit 0,13 milliards USD. Recettes extérieures : 2233,1 milliards FC. Le taux d’accroissement de ce budget, une fois comparé à celui de l’exercice 2009, est de 5,4 %. Taux de change : 852 FC pour un dollar américain. Tandis que le taux d’inflation calculé est de 14%. Après cette cérémonie, le Premier Ministre se mettra naturellement à la disposition de Députés, pour donner des éclaircissements. C’est la deuxième épreuve de ce genre, depuis que Muzito œuvre à l’avènement d’un Congo nouveau, à l’Hôtel du Gouvernement. Le moment « M » est arrivé. Adolphe Muzito, le Premier Ministre, arrive ce matin au Palais du Peuple, à Lingwala. Il va, en effet, remettre sur la table de Boshab et Kengo wa Dondo, le projet de loi budgétaire, pour l’exercice 2010. Il s’agit d’une occasion pour lui et son gouvernement, de répondre aux nombreuses et multiples préoccupations des congolais, en inscrivant dans une perspective pensée, les futures recettes et dépenses de l’Etat. Très habitué, Muzito transmet au Parlement, un Budget qu’il juge équilibré en recettes et dépenses pour un montant chiffré à 4,9 milliards de dollars américains. En recettes courantes, ce budget prévoit un montant de 1838,9 milliards de Francs Congolais, soit 2,5 milliards USD. En recettes exceptionnelles 109, 2 milliards de FC, soit 0,13 milliards USD. Recettes extérieures : 2233,1 milliards FC. Le taux d’accroissement de ce budget, une fois comparé à celui de l’exercice 2009, est de 5,4 %. Taux de change : 852 FC pour un dollar américain. Tandis que le taux d’inflation calculé est de 14 %. Après cette cérémonie, le Premier Ministre s’en remettra, naturellement, au feu de la critique des Députés, pour donner des éventuels éclaircissements. Il faut convaincre… Les Honorables Députés qui l’examineront, en première lecture, ont là, de la matière, après de longues vacances dans l’arrière-pays. Comme à l’accoutumée, ils ont du temps de le passer en revue, de le ressasser, avant que le Premier Ministre ne soit convoqué en plénière, pour sa présentation officielle. Les choses ne sauraient tarder, au regard de l’urgence qu’il y a à doter le pays d’un budget réaliste. C’est la deuxième épreuve de ce genre, depuis que Muzito œuvre à l’avènement d’un Congo nouveau, à l’Hôtel du Gouvernement. En 2009, alors que les critiques étaient acerbes, il avait réussi à convaincre. Les Députés dont certains s’étaient montrés sceptiques, avaient résolu de fléchir devant les réalités du pays. Autant dire que le durcissement du ton qui a toujours caractérisé les élus du peuple rentre dans la logique de l’exercice qui veut qu’avant d’emporter leur adhésion, le Premier Ministre se divise en quatre morceaux, pour se maintenir.

source : la Prosperité