Entreprises_Mini_resLe gouvernement congolais et l’entreprise Tenke Fungurume Mining(TFM) se sont donnés encore du temps supplémentaire pour achever leurs négociations, après que le premier délai de deux mois ait expiré le dimanche dernier. Le ministre congolais des mines déclare que les dernières négociations n’ont pas donné des résultats

        Le ministre des mines a estimé mercredi que les négociations avec les responsables de Tenke Fungurume Mining continuaient. Martin Kabwelulu s’exprimait au cinquième forum de l’IPAD(Infrastructure Partenership African Developpement) qui se tient a Kinshasa. « Avec TFM, jusqu’aujourd’hui, nous sommes en négociation. Le délai était de 60 jours et devait se terminer le 04 octobre. Nous avons écrit à TFM pour lui dire que les 60 jours déterminés par le gouvernement étaient de jours francs. Nous avions encore augmenté deux semaines pour pouvoir finaliser cela. Le 12 octobre, c’est le dernier délai ou nous devons, en principe, à notre niveau, clôturer et faire le rapport au gouvernement. La date limite est le 12 octobre.»

Tenke Tungurume Mining, filiale du minier américain Freeport McMoran Copper & Gold, aurait accepté de payer 30 millions de dollars américains à la Gecamines comme prime sur les réserves. Le non payement de ce montant constituait une pierre d’achoppement dans le processus de « revisitation » de ce contrat dont l’investissement avoisine deux milliards de dollars américains. Le gouvernement demande à TFM d’augmente les parts de la Gecamines dans le capital social de l’entreprise. Ces parts qui se situent actuellement à 17,5% devraient monter jusqu’à 25%, selon certains membres du gouvernement.

Les deux parties en négociations se sont convenues de rester très réservées sur les autres aspects des négociations. «Nous allons nous abstenir de faire des déclarations avant que nous n’ayons fini totalement ces négociations de peur qu’il n’y ait des interférences. La position du gouvernement, vous la connaîtrez. Peut être que le gouvernement décidera autrement, voila pourquoi nous ne pouvons pas faire des interprétations. »

Tenke Fungurume Mining est le seul contrat qui résiste encore au processus de « revisitation » d’une soixantaine des contrats miniers entamé depuis deux ans par le gouvernement de la République Démocratique du Congo sur pression de la société civile. Ce processus a abouti a la résiliation d’un seul contrat, en l’occurrence celui de KMT (Kingamyambo Musonoi Tailings), une filiale du canadien First Quantum Minerals dont l’objectif était de produire annuellement 70.000 tonnes de cuivre à partir des rejets de la Gecamines à Kolwezi, dans le sud du Katanga.

Source : Okapi