MuzitoLe Premier ministre passera son énième examen sans couac. Il a les assurances du soutien du chef de l’Etat qui a donné des ordres précis à certains élus du peuple qu’il aurait reçus jeudi pendant 6 heures à la Cité de l’OUA


L’orage est passé. Le Président de la République, l’autorité morale de l’Alliance de la majorité présidentielle -AMP-, le chef de la Majorité, s’est personnellement impliqué ne voyant aucune raison majeure pouvant justifier l’humiliation de son Premier ministre. Le mot d’ordre de Kabila est enfin tombé. La consigne a été donnée à tous les députés AMP depuis quelques temps mais l’ultime recommandation a été donnée jeudi 15 octobre 2009 aux députés que le Président de la République a reçus à la Cité de l’OUA. Durée de la rencontre: 6 heures, ont affirmé des sources introduites à la Cité. L’ambiance était détendue. Les discussions se sont déroulées dans la convivialité. Autour d’un rafraîchissement. Avec l’appui assuré des partenaires de l’UDEMO, la Majorité -la discipline retrouvée, les rangs désormais ressoudés- va devoir affronter dans la sérénité l’échéance Budget 2010 et la motion Kanku, déjà vidée de sa substance par les débats déchaînés et francs qui ont eu lieu ces derniers jours à l’Hémicycle.

A l’allure où la représentation nationale a clôturé ses interventions auxquelles le chef du gouvernement Adolphe Muzito répondra ce vendredi 16 octobre 2009 dans l’avant-midi, il se dégageait déjà un large consensus pour la recevabilité du projet du Budget 2010. Parmi les mobiles, on cite ces félicitations lancées au Premier ministre et l’ensemble de son gouvernement par la majorité des groupes parlementaires de l’AMP et quelques députés de l’opposition lors de leurs interventions du haut de la tribune:«ce projet a été déposé dans le délai constitutionnel contrairement aux budgets des années antérieurs». S’il n’y avait plus d’inquiétudes côté Budget -le vote devant se faire à mains levées et le Parlement restant la seule autorité budgétaire, donc capable de refondre le projet sous examen-, l’inconnue demeurait le comportement de la Majorité, fissurée jusqu’il y a peu, face à la motion Kanku. Et là, Kabila a joué. Il a sauvé sa maison. Le président de la République, autorité morale de l’Alliance de la majorité présidentielle -AMP-, chef de la Majorité, s’est personnellement impliqué pour sauver son Premier ministre des griffes des députés. Démarche très justifiée, commente un député AMP d’autant que le chef de l’Etat ne trouve aucune raison pouvant justifier l’humiliation de son Premier ministre. Fidèle également aux alliances. Le mot d’ordre de Kabila est enfin tombé. La consigne a été donnée à tous les députés AMP depuis quelques temps mais l’ultime recommandation, elle, a été donnée à quelques heures du rendez-vous, jeudi 15 octobre 2009 à certains élus que le Président de la République a reçus à la Cité de l’OUA. Durée de la rencontre: 6 heures, ont affirmé des sources introduites à la Cité. L’ambiance était détendue. Les discussions se sont déroulées dans la convivialité. Autour d’un rafraîchissement. Ça s’est apaisé. L’orage est passé. Avec l’appui assuré des partenaires de l’UDEMO, la Majorité -les rangs désormais ressoudés- va devoir affronter dans la sérénité l’échéance Budget 2010 et la motion Kanku, déjà vidée de sa substance par les débats déchaînés et francs qui ont eu lieu ces derniers jours à l’Hémicycle.

      Franc débat autour du remaniement

La coalition au pouvoir a déjà donné la consigne pour la recevabilité de ce projet. Elle a juré de faire bloc. Question de doter le gouvernement des moyens de sa politique pour la réalisation de cinq chantiers de la République. En plus, l’autorité budgétaire c’est le Parlement et non pas le gouvernement. Dans les couloirs du Palais du peuple, les observateurs notent que la motion déposée par le député Clément Kanku a été vidée de toute sa substance lors du débat sur l’exécution du budget 2009. On explique que le débat ne devrait en principe plus avoir lieu. Le Premier ministre a fourni des explications. Et les choses sont claires. Le gouvernement est tenu de faire la reddition des comptes à la fin de chaque trimestre devant la Cour des comptes.

Si Adolphe Muzito s’est bien préparé et a compris les enjeux, il lui appartient de réserver des arguments massues et des réponses calibrées qui rencontreront les préoccupations des députés quant à ce. Samedi 17 octobre journée programmée pour débattre de la célèbre motion de Kanku, ou une autre date à fixer, on risque d’assister à une plénière sans saveur. Plus rien ne semble inquiéter Muzito. Tout dépend de la manière dont Evariste Boshab procédera lors de cette plénière de samedi. En principe la question sur la recevabilité vide celle de l’exécution du budget 2009. Une manière d’agréer ce qui a été fait. Ceci pousse les observateurs à dire que la motion de Kanku sera vidée de toute sa substance Ici, des sources indiquent encore que Muzito a toutes ses chances de s’en sortir sain et sauf. Car pour que l’opposition fasse passer cette motion, il faut réunir 251 voix. Equation somme toute difficile au regard de l’unanimité quasi retrouvée dans les rangs de la coalition AMP-PALU-UDEMO. Reste que la Majorité devra organiser rapidement une autre rencontre pour débattre franchement du réaménagement ou du remaniement du gouvernement en tenant compte des revendications objectives et du poids politique de différents cartels. Le pire est passé.

Source : Africa News