La localité de Ntoto, chef-lieu du groupement de Waloa-Uroba, située à une centaine de Kilomètres au Nord-ouest de Goma, en territoire de Walikale, est désormais entièrement contrôlée par les militaires des Forces armées de la RDC (FARDC), depuis samedi soir. Elle a été récupérée à l’issue des affrontements entre les FARDC et les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), rapportent des sources militaires

Avant sa reprise par les FARDC, la localité de Ntoto était devenue l’un des bastions des combattants FDLR au Nord Kivu. Le bilan complet des affrontements de samedi n’est pas connu, selon le porte-parole adjoint des opérations Kimia II au Nord Kivu, le Capitaine César Alimasi. «Nos forces armées ont repris la localité de Ntoto. Il y a également Kinyumba et tous ces secteurs de Nyabiondo qui ont été repris aux éléments réfractaires au brassage du groupe armé APCLS. Plusieurs combattants FDLR ont été tués, d’autres capturés. D’autres encore se sont volatilisés dans la nature. Nous allons vous donner le bilan en termes chiffrés d’ici mardi parce qu’il faut comptabiliser tous les morts. Nous allons aussi vous donner le bilan coté FARDC. Mais déjà, vous devez savoir que nous n’avons pas connu des pertes en vies humaines, il y a seulement quelques blessés. Le commandant des opérations Kimia II au Nord Kivu, Bobo Kakudji, appelle le chef de groupement de Waloa-Uroba de regagner son fief. Nous demandons aussi à la population de Waloa-Uroba de regagner son territoire », a-t-il déclaré à radiookapi.net


L’attente a été longue

Les combattants FDLR avaient pris possession du groupement de Waloa-Uroba depuis le lancement des opérations militaires Kimia II au Nord Kivu. La population sur place indiquait que les FDLR s’imposaient en maîtres dans les villages.
Environ 50 % d’habitants de ce groupement résistaient à leur façon dans leurs villages. Ils étaient encouragés par la présence, à Ntoto, d’une base des casques bleus de la Monuc.

Devant cette présence très renforcée des militaires FARDC ces derniers temps, les habitants craignaient pour leur sécurité en cas d’une offensive militaire dans leur zone. A l’approche des combats de samedi, beaucoup d’entre eux avaient déjà déserté cette zone. Des attaques ont été simultanément menées par les éléments FDLR dans quatre villages de ce groupement Waloa Uroba, dans la nuit du 15 au septembre. Le bilan, établi par les FARDC, faisait état de 4 combattants tués. Le commandant des opérations Kimia II au Nord Kivu avait indiqué qu’après leur forfait, les assaillants s’étaient retirés dans la forêt de Ntoto, à une centaine de kilomètres de Kando. Avec le démantèlement de ce bastion des FDLR, les populations espèrent pouvoir retourner à leurs activités quotidiennes.

source : Okapi/Kinshasa