18_KinshasaLa recrudescence de l’insécurité ce dernier temps à Kinshasa inquiète beaucoup. La tuerie à gage revient au galop dans la commune de Limete. Des bandes des malfrats y distribuent la mort gratuitement. Pas plus que le lundi dernier, deux personnes ont été trouvées mortes. L’une d’elles, un jeune adolescent, son corps inerte a été trouvé sur la 8ème rue Limete, juste à l’entrée de l’Université Technologique Bel Campus. Le deuxième mort a été trouvé sur l’avenue de l’Université, non loin de l’arrêt dit « chapelle ». Des sources concordantes ont rapporté qu’un véhicule 4x4 aurait été utilisé pour jeter le corps. Par ailleurs, dans les environs de la paroisse Saint Raphaël, à Limete, les « kuluna » dévalisent les passants en toute impunité. Chaque jour qui passe, bien des personnes y laissent leurs téléphones portables. Des personnes ayant été menacées de mort et qui ont été dévalisées, ont déclaré qu’il est dangereux de s’hasarder sur la partie de l’avenue de l’Université qui est du côté du quartier 20 mai. Certains de ces brigands, a-t-on appris, ont l’habitude de se placer à l’arrêt de bus, à l’instar d’autres personnes cherchant un moyen de transport. Dès qu’une personne s’approche d’eux, ils s’attaquent à lui. Après que la ville ait connu un temps d’accalmie, les meurtriers réapparaissent pour semer la terreur. Voilà pourquoi le Gouvernement doit ouvrir l’œil, et le bon, non seulement pour décourager les auteurs de ces actes, mais également réprimer sérieusement en les mettant hors d’état de nuire. Par ailleurs, ce qui vient de se produire à Limete est la preuve que certaines personnes, malgré l’opération de récupération d’armes initiée par le Pasteur Ngoyi Mulunda, continuent à garder et à se servir de leurs armes sans en être inquiétées.

       source : la Prosperité/kinshasa