beachIl est évident que l'affaire dite des clandestins congolais jetés récemment dans le fleuve Congo, non loin du port de Matadi dans la province du Bas-Congo, ait une incidence particulière sur le moral des Congolais, notamment celui des responsables du pouvoir judiciaire congolais. La gravité de cette affaire tient en grande partie du fait qu'il est question d'un équipage marin expatrié, le navire à bord duquel ces clandestins ont tenté leur aventure étant panaméen.

En ce temps où la Justice congolaise innove par une orientation des crédibilisations interne et externe par des actions objectives de défense des libertés et droits des citoyens congolais en particulier, le déplacement de Matadi que viennent d'effectuer MM Luzolo Bambi et Kabange Numbi, respectivement ministre de la Justice et Procureur général de la République (Pgr), se comprend facilement ; le souci de palper du doigt ce cynisme dans tous ses contours, Tolérance zéro oblige. Drame à fortement combattre par des mesures judiciaires exemplaires, afin que ne prenne pas corps ce qui, sans le vouloir, deviendrait une culture populaire !

Les deux officiels congolais précités sont bel et bien dans cette partie de la République en ce moment de rédaction de cet article qui se veut un véritable cri d'alarme. En jetant ces clandestins après qu'ils les aient torturés..., les membres de cet équipage ne se représentaient certainement pas du danger de poursuites judiciaires qu'ils couraient, soutiennent certains commentateurs. Et pour cause ? A comprendre les tenants de cet argumentaire, il n'est pas anti-patriotique de dire que cet équipage souffre d'un complexe ; la RDC connue pour faiblesse de nombre de ses services publics. Ma foi ! Cette donne, que le gouvernement tient à éradiquer par des options levées de répression dans divers secteurs de la vie nationale, serait à la base d'une telle insouciance doublée d'un sentiment de mépris à un peuple dont l'hospitalité déclarée très souvent légendaire commence à trahir...

Mais la descente sur les lieux des responsables susmentionnés de la Justice est un signal fort en l'endroit des populations congolaises qui trouvent de plus en plus en leur système judiciaire un nouvel élan de changement. Et même la visite d'un des membres de l'équipage en détention à la Prison centrale de Matadi par le ministre de la Justice et le Pgr se présente comme une preuve de volonté de justice pour tous. C'est ici une nouvelle image du pouvoir judiciaire congolais à croire et à assister. Faisant d'une pierre  deux  coups,   le ministre de la Justice et le Pgr ont saisi cette opportunité pour échanger avec les cadres de certaines régies financières dont l'Ofida. Il a été question, comme on peut le deviner, de la maximisation des recettes par un sens d'abnégation sur fond d'un souci patriotique. Sans vouloir se substituer aux responsables des tutelles administrative et technique desdites régies, ils ont reconnu que ces régies travaillent, mais qu'elles ont à faire davantage. Un tel message est de plus exhortant. Affaire clandestins congolais jetés dans le fleuve Congo, Luzolo Bambi et Kabange Numbi à Matadi ! La Justice congolaise s'affirme bien, reste que le gouvernement mette à sa disposition des moyens conséquents pour une RDC à faire décoller par une justice juste et forte comme épine dorsale du  développement ! C'est possible si l'on en fait vraiment une préoccupation première et consciente.
                        

Source : le Palmarès/Kinshasa