Les experts miniers des pays membres de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), se réunissent depuis mardi à Kinshasa. Cette rencontre prévue pour deux jours, prépare le conseil des ministres des mines de la sous région. Le conseil des ministres se tiendra à Kinshasa à partir de jeudi 12 novembre

       

Les experts du secteur minier de tous les Etats membres de la SADC sont en concertation depuis ce mardi matin au Grand Hôtel Kinshasa, à l'exception de ceux de Madagascar. Cet Etat est suspendu des travaux de cette organisation depuis qu'il connaît une crise politique.

Les travaux préparatifs du conseil des ministres se déroulent à huis clos, suivant la tradition diplomatique de l’organisation. Difficile donc, à l’heure qu’il est de dire exactement autour de quels sujets tournent les discussions des experts. Toutefois, le projet d’ordre du jour du conseil des ministres prévoit l’harmonisation des politiques minières nationales de la sous région. Une nouvelle carte géologique des pays de la SADC est également à l’ordre du jour. Les experts pourraient aussi se pencher sur la question de la crise financière internationale et son impact dans le secteur minier de la zone SADC, selon des sources proches de l’organisation de ce conseil des ministres.

Interrogés par radiookapi.net, certains experts estiment que cette rencontre est de plusieurs enjeux lorsqu’on observe le potentiel minier de certains Etats membres. Allusion faite notamment aux diamants de l’Angola, du Botswana, de l’Afrique du Sud et inévitablement aux innombrables ressources minières de la RDC. Un parlementaire congolais, ayant requis l’anonymat, estime que la RDC doit en principe jouer un grand rôle dans ces assises au regard de son poids géologique dans la sous région.

Renforcement des liens économiques

La réunion des experts miniers se tient à Kinshasa, un mois après l’organisation, à Lubumbashi, de la troisième session du groupe de travail sur les stratégies et la politique douanière de la sous commission de coopération des pays membres de la SADC. Elle visait notamment l’amélioration des infrastructures et la mise en œuvre de la politique de la libre circulation des marchandises et des personnes entre les pays membres.

Cet atelier faisait suite au dernier sommet de la SADC tenu à Kinshasa du 7 au 8 septembre, qui a élu Joseph Kabila à la présidence tournante de l’organisation. Ce dernier s’est engagé à tout mettre en œuvre pour promouvoir la paix, la sécurité et l’intégration économique. Le Sommet a mis l’accent sur une politique commune de défense et sur les échanges.

Créée le 17 août 1992 à windhœk en Namibie, rappelle-t-on, la SADC compte 15 pays membres. Ces derniers se sont engagés dans un processus devant déboucher sur la création d’une zone de libre échange, de l’union douanière et d’une monnaie unique. Kinshasa y a adhéré le 8 septembre 1997.

Source : okapi