obasanjoLe rapprochement entre la RDC et le Rwanda a donné des résultats positifs pour la paix et la stabilité de la région, a déclaré, lundi devant le conseil de sécurité de l'Onu à New York, l'envoyé spécial du secrétaire général pour la région des Grands Lacs, Olusegun Obasanjo. Néanmoins, précise-t-il, la confiance entre les deux pays reste encore fragile. C’est pourquoi, il a annoncé une mission sur place pour consolider ce rapprochement, indique une dépêche du centre de presse de l’Onu
      

Pour consolider le rapprochement entre la RDC et le Rwanda, Obasanjo a annoncé qu’il conduira, en décembre, une mission d'évaluation sur l'état d'avancement de la mise en œuvre des différents accords entre les deux pays. Les négociations entre les présidents de la RDC, Joseph Kabila, et du Rwanda, Paul Kagame avaient abouti à la mise sur pied de l’opération militaire conjointe, dénommée : « Umoja wetu » dans l’est de la RDC pour taquer les FDLR. L'envoyé spécial a, en outre, salué la conclusion d'accords de coopération économique et le rétablissement de relations diplomatiques, marqué par l'échange d'ambassadeurs entre Kinshasa et Kigali.
La menace que représentent les groupes armés dans la région, notamment les FDLR a considérablement baissé grâce en particulier aux opérations militaires conduites par l'armée congolaise, avec l’appui des casques bleus de la Monuc. Le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), «qui s'est débarrassé lui-même de Laurent Nkunda», n'existait plus en tant qu'organisation politico-militaire, a rappelé Olusegun Obasanja.
Solution définitive à la crise
Parmi les moyens à mettre en œuvre pour une solution« définitive » de la crise , M. Obasanjo estime qu’il allait demander aux Nations unies de transformer son bureau d'appui à Nairobi en un poste. Ce dernier lui permettra de suivre de près l'application des accords de paix, signés le 23 mars 2009 à Goma, entre le gouvernement de la RDC et le CNDP ainsi que les efforts entrepris au niveau régional pour empêcher la reprise des violences et pour consolider les rapprochements entre les deux États.
«Pour s'attaquer réellement aux causes sous-jacentes de la récurrence des crises régionales, je recommande une action menée sous l'égide des Nations Unies, de l'Union africaine, de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs et des partenaires internationaux de développement pour renforcer les institutions de gouvernance de la RDC
Depuis la signature de ces accords, il y a eu des avancées. Mais, beaucoup d’autres choses restent à faire. M. Obasanjo a déploré notamment la lenteur dans le processus d’intégration des éléments militaires dans l'armée congolaise, les difficultés du retour structuré des réfugiés et des personnes déplacées, la non application de certaines des dispositions les plus importantes de ces accords, comme la création d'un mécanisme de réconciliation nationale et d'une force de police de proximité…

source : okapi