Mobutu_NzangaMobutu Nzanga a visité la cité riveraine de Bolobo, dans le Bandundu. A l’issue de ce qu’il a lui-même vu et des entretiens avec la base, le vice-Premier ministre promet de s’impliquer dans les projets à impact visible pour le développement socio-économique de Bolobo.

 

« En 2006, la population de Bolobo m’avait donné toute sa confiance, je suis venu l’en remercier en m’impliquant dans les projets qui concernent le développement socio-économique du coin ». C’est en ces termes que le vice-Premier ministre en charge des Besoins sociaux de base, Mobutu Nzanga, s’est exprimé à l’issue d’une visite-éclair effectuée, du mardi 10 au mercredi 11 novembre 2009, à Bolobo, chef-lieu du district des Plateaux, dans la province du Bandundu.

« L’objectif de ce voyage était de s’imprégner des réalités sociales de Bolobo, une population riveraine mais qui connaît beaucoup de difficultés », a indiqué Mobutu Nzanga. Cette visite rentre, certes, dans le cadre de ses prérogatives des besoins sociaux de base, mais pour Nzanga, Bolobo constitue, avec Gbadolite, son fiel natal, un de ses joyaux électoraux. C’était l’occasion de remercier la population de Bolobo qui a constitué son plus grand électorat en 2006.

UNE ESCALE  A KWAMOUTH

En remontant le fleuve Congo, ce mardi-là, le fils du Maréchal Mobutu a fait une escale à Kwamouth, à l’affluent de la rivière Kasaï. C’était une surprise pour cette population riveraine qui a longtemps accueilli une haute personnalité du pays. C’était à la fois une nostalgie pour les vieilles générations qui se sont souvenus de multiples passages de feu le président Mobutu à bord de son luxueux bateau « Kamanyola ».

Qu’à cela ne tienne, l’important était le moment d’entretien. A Kwamouth, Mobutu Nzanga a pris très au sérieux les préoccupations de la population, dont notamment la réhabilitation d’un groupe électrogène lui offert par le Maréchal Mobutu il y a presque 20 ans.

BOLOBO, LE COIN OUBLIE

Cap sur Bolobo. Il est 15 heures locales lorsque le canot rapide du vice-Premier ministre accoste au port de Bolobo. Ici, une foule immense s’était déjà rangée depuis plusieurs heures pour accueillir «Mwana ombe Epeko ebonginda » (Fils de celui qui incarnait le pouvoir, en langue Bobangi).

Mobutu Nzanga n’a même pas eu le temps de se reposer après avoir bravé les 350 km sur le majestueux fleuve Congo, avec ses beautés et ses horreurs. Il est allé directement visité le Centre médical Notre-Dame. Le lendemain, juste après le fructueux entretien avec les notables de Bolobo et des environs, le vice-Premier ministre a visité l’Hôtel de référence de Bolobo, où était née, en 1962, sa sœur aînée, Ngawali. Ici, comme partout ailleurs, les conditions de travail des plus déplorables : on opère parfois juste avec une lampe torche, a livré le médecin ; le lit opératoire dans ce gigantesque hôpital date d’il y a une vingtaine d’années. Et, M. Nzanga n’a pas pu contenir son indignation.

Dans son adresse à la population, il a promis de faire « quelque chose », notamment en offrant des équipements médicaux, une chambre froide et une radio communautaire pour permettre aux gens d’être informés. « Ici, les gens vivent dans la précarité et sont complètement oubliés (…) il faut agir », a-t-il déclaré.

source : le Potentiel