Deplac_sLes autorités de Brazzaville et les agences des Nations unies ont offert, jeudi, 15 000 tonnes de vivres et non vivres aux réfugiés de la province de l’Equateur (RDC) qui se trouvent à Dongu, ville nord du Congo-Brazzaville. Sur place, environ 5 000 personnes traversent une situation difficile

 

La mission d’évaluation mixte gouvernement du Congo-Brazzaville- Nations unies a pris fin, jeudi. En quittant la zone, elle a laissé 15 000 tonnes de vivres, de médicaments, de vêtements, de couvertures, des bâches et des moustiquaires

Les autorités du Congo-Brazzaville ont recensé environ 5800 réfugiés provenant de l’Equateur. Ils sont dans 4 sites. A la paroisse catholique Sainte Odile, tout le monde est logé dans des bâtiments annexes. L’arrière-cour du poste de gendarmerie et le foyer social sont également occupés par un autre groupe de ces sinistrés, qui encombrent la clôture et la pelouse avec leurs vieux habits mouillés. Pour ne pas trop voir passer le temps d’un repas incertain, les enfants à moitié nus jouent aux billes.

Plus loin, au site de Mambanzala, Marthie, une femme de 40 ans reste inconsolable pour avoir perdu son époux et leurs deux enfants dans ce conflit. Plus émouvant encore cet enfant de 3 ans qui crie en lingala à Radio Okapi : « Ndako na biso babuki, bantaba na biso batikali», traduisez, «notre maison a été détruite et nos chèvres sont restées».

La particularité du site de Dongo est que nombreux de ces sinistrés avaient déjà longtemps vécu ici lors de la guerre de rébellion du Mouvement de libération du Congo (MLC).


source : okapi