Arm_e_congolaiseLe chef du groupe armé Raiya Mutomboki, le colonel Symphorien Muzinga Heri, s’est rendu, dimanche vers 14 heures (locales), au camp de regroupement de Wamaza à 300 kilomètres de Kindu en territoire de Kabambare dans le Maniema. 291 ex-combattants l’accompagnant dans ce camp, où il a aussi remis 132 armes. Cet événement est intervenu, dimanche, jour où il était prévu la fermeture du camp

       

Le colonel Symphorien Muzinga Heri est arrivé à Wamaza avec 136 miliciens. Il s’était fait précéder, un jour avant, par 155 autres. Ce qui porte à 291, le nombre d’hommes de Raiya Mutomboki de Kabambare, qui adhèrent ainsi au processus Démobilisation, désarment et réinsertion (DDR). Selon le colonel Anatole Clément Banem de la section DDR de Goma, qui supervise les opérations à Wamaza, il y a au total 132 armes récupérées dont 7 grenades défensives, 57 munitions, 1 roquette de 40 millimètres et 1 obus de 60 millimètres.

Le retard de l’adhésion de Symphorien Muzinga à ce processus serait dû au fait qu’il demandait l’installation d’un centre de regroupement à Kabambare, selon la même source. L’arrivée de ces hommes de Raiya Mutomboki intervient alors que l’opération de démontage du camp venait de démarrer. Certaines équipes de supervision comme celles de l’Unité d’exécution du programme national DDR (UEPN/DDR), de Protection de l’enfant et de la Structure militaire d’intégration (SMI) avaient déjà quitté Wamaza. Car, la fermeture du camp était prévue pour le 15 novembre à minuit. Toutes ses équipes sont donc obligées de retourner à Wamaza, a rassuré le colonel Banem. D’autant plus que d’autres éléments Raiya Mutomboki sont attendus. Le camp continue donc ses activités jusqu’au 20 novembre, selon des sources officielles de la Monuc.

Insécurité à Kabambare

Ce camp a été ouvert le 10 octobre dernier. Environ 140 ex-combattants ont été inventoriés à l’ouverture, mais pas encore contrôlés par la SMI. Parmi eux, près de 60 éléments appartenant au groupe Raiya Mutomboki opérant sur l’axe du sud Kivu sous le commandement de Jean Musombo, 40 ex-Maï Maï, dont 27 provenant du territoire de Shabunda (Sud Kivu)et le reste de Kasongo (Maniema). Il y a eu enfin, une quarantaine des ex-militaires des Forces armées congolaises contrôlées par la Commission nationale de démobilisation et réinsertion (Conader), mais qui n’avaient pas encore reçu leur kit de réinsertion. En revanche, aucun élément Raiya Mutomboki en provenance du chef-lieu du territoire de Kambare n’a été visible à cette cérémonie d’ouverture du centre.

Kabambare est un territoire du sud de Maniema, frontalier de provinces du Sud-Kivu et Katanga. Selon des sources militaires, il est confronté à l’insécurité, occasionnée par la présence de plusieurs groupes armés: les deux fractions de Rahiya Mutomboki, les Maï-Maï Shikito et les Maï-Maï reformés. A ceux-là s’ajoutent les rebelles hutus rwandais des FDLR qui font des incursions, à partir du territoire de Fizi au Sud Kivu, notamment pour recruter les jeunes de Kabambare, ou fuient la traque lancée contre eux dans le cadre des opérations Kimia II. Le centre Wamaza est le 2ème de cette province, après celui de Katako situé à 7 kilomètres de là.

source : okapi