UdpslogUn message daté du 20 novembre 2009 et signé Etienne Tshisekedi wa Mulumba, président national de l’UDPS, à partir de Bruxelles, fait état de la convocation imminente du Comité National, organe statutaire mis en place depuis 2004, en session extraordinaire. Au menu : évaluation des activités de cette structure réputée Organe Central et Assemblée délibérante de ce parti. A cette occasion, l’intéressé rappelle à tous le credo de l’UDPS, tel que souligné dans son discours du 02 avril 2009 : la lutte pour l’avènement de la démocratie dans un Etat de droit en République Démocratique du Congo. La méthode à suivre pour atteindre l’objectif est clairement définie : la non-violence. Selon Etienne Tshisekedi, la session extraordinaire du Comité National doit répondre à 6 impératifs : la matérialisation des décisions annoncées dans son interview du 28 septembre 2009 à Radio Okapi ; la recherche de l’unité et de la transparence au sein du parti ; l’assainissement et la redynamisation des organes centraux ; la consolidation de la sérénité et de la cohésion en vue de la préparation concertée du 1er Congrès du parti ; la mise en ordre de bataille en vue de la conquête du pouvoir par le truchement des élections à venir ; le renouvellement du Comité National avant l’expiration de son mandat (14 décembre 2009). Le président national insiste sur le caractère inclusif de ces assises. Aussi, en plus des membres nommés en 2004, elles seraient élargies aux membres promus au sein de cette structure par des textes non réglementaires. Ci-dessous, le message d’Etienne Tshisekedi :

             

Le samedi 02 avril 2005, dans notre discours d’ouverture officielle de la Session extraordinaire du Comité national, nous nous fîmes le devoir de rappeler solennellement à nos hôtes de marque, à nos compatriotes et à nos combattantes et combattants, en particulier, le credo de notre parti créé le 15 février 1982 : l’avènement de la démocratie dans un état de droit respectueux des valeurs républicaines de liberté, de justice, d’égalité et de solidarité. Nous réaffirmons qu’aux termes de l’article 12 de nos statuts, notre méthode de lutte demeure la NON-VIOLENCE. Toutes ces valeurs auxquelles se réfère l’Udps, déclarions-nous, sous-tendent en réalité le rêve du peuple congolais, à savoir la transformation de la République Démocratique du Congo en un havre de paix pour tout habitant de la planète « terre » qui a choisi d’y vivre, dans le libre respect des règles de la vie communautaire. Il s’agit de la paix au sens plein qui implique aussi bien le silence des armes que le respect de la dignité humaine, l’absence de tracasseries, des plaintes et autres soucis relatifs aux besoins primaires des citoyens. La force et le sens de notre lutte pendant trois décennies prennent leur source dans la prise de conscience de notre responsabilité et de notre engagement de servir le peuple congolais dans la réalisation de son rêve. La mission qui nous est dévolue et la vision qui nous habite sont enracinées dans la ferme conviction et la foi que ce rêve est non seulement possible, mais qu’il s’accomplira certainement. Organe central et assemblée délibérante du Parti, le Comité National constitue au travers de ses prérogatives statutaires, le creuset des aspirations de l’Udps telles qu’exprimées dans notre projet de société. Il joue un rôle primordial dans la réalisation des objectifs majeurs du Parti. Il est le socle de l’expression démocratique au sein de l’Udps et le miroir de notre capacité à mettre effectivement en pratique notre credo au profit du pays tout entier. Notre convocation de la présente Session extraordinaire du Comité National répond à six impératifs : 1. La matérialisation des décisions annoncées lors de l’interview que nous avons accordée à la Radio Okapi diffusée le 28 septembre dernier. 2. L’impérieuse nécessité de conjuguer tous les efforts en vue de l’unité, l’union, la transparence et le respect de l’intérêt supérieur du Parti et de tous ses membres 3. La résolution de poursuivre l’assainissement ainsi que la redynamisation des organes centraux et de leur fonctionnement 4. La consolidation de la sérénité et de la cohésion en leurs seins en vue d’une organisation fructueuse et sérieuse du tout Premier Congrès de l’Udps 5. La mise en ordre de bataille du Parti pour la conquête du pouvoir par notre participation à toutes les élections à venir 6. l’imminence de la date du 14 décembre 2009, terme de tout mandat exercé et de toute fonction occupée au sein du Comité National, conformément aux articles 31 et 77 point 5 des statuts et son circulaire, à savoir la configuration du futur Comité National. Conformément à l’article 30 alinéa 3 des statuts, l’acte de convocation de cette Session extraordinaire porte sur un ordre du jour précis : L’évaluation des activités du Comité National : Nous attendons de vous un jugement objectif et rigoureux de la valeur des activités de votre organe durant toute la législature écoulée, et ce, dans une atmosphère dépassionnée, une totale sérénité et un délai raisonnable. Votre bilan devra déboucher entre autres sur des recommandations précises et pertinentes au sujet de la configuration du prochain Comité national en tirant les leçons qui s’imposent concernant des critères tels que la représentativité, l’expertise et la disponibilité de ses membres. En effet, le choc des ambitions et des divergences d’opinions mal gérées, les luttes de positionnement parfois teintées de tribalisme, les coups fourrés, les dénigrements, les diffamations, les préjugés, l’intolérance, le recours aux violences et intimidation manipulées et préméditées, l’atteinte à la dignité des personnes et à leur intégrité physique ont non seulement examiné la problématique du quorum au sein du Comité National, mais ont aussi porté atteinte à sa crédibilité et terni la légitimité de son organe de direction. Il serait irresponsable de notre part en ce jour, de ne pas fustiger la désarticulation, les fissures, l’émiettement et les dissensions qui n’ont que trop durer, au détriment de l’intérêt supérieur du Parti, de sa lutte et de ses combattants. L’article 3 de la Décision 085 stipule que « Seuls les membres du Comité National reconduits ou nommés par la Décision n°051/UDPS/PN/CDF/AM/04 du 14 décembre 2004, sont habilités à prendre part à cette session ». A ce sujet,n nous ne pouvons éluder l’existence de trois listes datées respectivement du 03/06/2005, du 21/05/2006 et du 13/12/2006 reprenant un total de 72 noms de personnes ne figurant pas sur la liste nominale globale des membres du Comité National suivant la Décision 051 du 14 décembre 2004. Après mûre réflexion, considérant la proximité de l’expiration de tous les mandats et de toutes les fonctions   au sein du Comité National, d’une part, la bonne foi de certaines personnes concernées et surtout l’importance du vent du rassemblement et de l’unité qui souffle sur le Parti, d’autre part, nous estimons que la création de frustrations tardives n’engendrerait que distractions et retards inutiles préjudiciables à la substance de vos travaux. Conséquemment, nous avons décidé que ces combattants soient considérés officiellement comme membres du Comité National jusqu’à la fin de cette législature. En ce qui concerne le programme de vos travaux, nous exhortons le Bureau du Comité National à veiller à l’implication de toutes les sensibilités dans son élaboration afin qu’il soit le fruit d’un réel consensus. Il y va  de l’intérêt de tous. Il n’y a pas de vision possible ni d’avenir véritable sans analyses et confronter froidement son histoire afin de transformer le joug des erreurs passées en espérance pour un futur victorieux. L’évaluation des activités du Comité National n’est rien de moins qu’un appel à une introspection sévère, à la sincérité et à l’engagement de chacun qu’à travers ce bilan des voies et moyens seront recherchés par tous pour amener le Parti à l’unité, l’union, la cohésion et porter haut les valeurs fondamentales de liberté, tolérance, dialogue, pardon, fraternité et non-violence. Les conflits internes ont démoralisés le peuple ; ils ont démobilisé les combattants et laissé les sympathisants. L’heure est au dépassement de soi, au rassemblement de toutes nos forces et à la reconversion totale des mentalités, afin de ne pas sacrifier l’essentiel de notre lutte dans la distraction. L’avenir de notre Parti réside dans le fonctionnement harmonieux d’organes réellement forts et non dans les conflits  perpétuels d’hommes se croyant forts. Le moment est tout indiqué pour chacun de nous de faire nôtre l’humilité, la sagesse, la maturité et la volonté politique de notre aîné Nelson Mandela lorsqu’il dit dans son livre Un long chemin vers la liberté », « Je m’humilierai et j’aurai me mettre à genoux devant n’importe qui pour obtenir l’unité et la réconciliation au sein de notre Parti autour de nos idéaux, de nos valeurs et du Président National. Pendant la crise, chacun de nous a mis en évidence les faiblesses, les actes maléfiques et les erreurs de l’autre. Ce moment là était nécessaire mais provisoire et transitoire pour l’établissement du diagnostic de la crise et de solution appropriée. ? Démontrons maintenant  notre maturité, notre expérience, note capacité de nous ouvrir à la lumière et à la vérité, de reconnaître nos torts et de nous amender. Le progrès réside là où les êtres humains, forts des sacrifices consentis par les générations passées, de leurs erreurs commises, de leurs efforts déployés, de leurs expériences vécues dans le passé, se décident à agir collectivement pour ne pas répéter les erreurs d’hier mais en tirer les leçons pour aller de l’avant. Pensons à notre peuple meurtri, chosifié, animalisé et soumis à un deuil perpétuel, mais qui place tout son espoir, toutes ses attentes dans notre Parti et dans ses leaders. Responsables politiques et membres que nous sommes, Pensons aux pères fondateurs de notre cher Parti et à tous ceux qui dans ce combat de l’Udps, ont perdu leur dignité, leurs libertés, leurs droits, leurs biens, leurs emplois, leurs enfants, leurs époux, leurs épouses, des êtres chers, des proches, des connaissances, des amis et leur vie… Vous portez sur vos épaules aujourd’hui les espérances de la jeunesse, des hommes et des femmes de notre Parti pour conduire notre pays vers un avenir plein de promesses. Nous sommes convaincus que vous mériterez pleinement la confiance que le Parti a placée en vous. Combattantes et combattants, plus que jamais, serrons-nous les coudes pour construire ensemble au cœur de l’Afrique un pays où il fait bon vivre, un véritable miroir de la renaissance de notre continent, berceau de l’humanité. Tenons-nous ensemble comme un seul homme et « Ensemble changeons notre pays ». Fait à Bruxelles, le 20 novembre 2009 Tshisekedi wa Mulumba, Président National

Source : le Phare