aeroport_ndjili_web_s_Les choses bougent beaucoup à l'aéroport international de N'djili depuis le lancement, au mois de mai 2009, par le chef de l'Etat Joseph Kabila des travaux de sa réhabilitation. Lundi 23 novembre, il a échu au vice-Premier ministre en charge de la  Reconstruction, Emile Bongeli et à la ministre du Portefeuille Jeanine Mabunda de procéder à la pose de la première pierre des travaux de la construction du pavillon présidentiel de l'aéroport international de N'djili qui seront exécutés par ESG, une société sud-africaine, pour 11 millions de dollars américains.

 

Plusieurs personnalités ont assisté à cette cérémonie. Les unes et les autres se sont exprimées sur la signification et le sens à donner à cette cérémonie. La ministre du Portefeuille, Jeanine Mabunda s'est offert une petite historique sur la réhabilitation de l'aéroport international de N'djili où " le Président de la République (…) au mois de mai pour inaugurer les travaux de modernisation de l'aéroport de Ndjili. Ces travaux comptaient trois volets : la réhabilitation de la piste, la construction d'un pavillon présidentiel et celle d'une nouvelle tour de contrôle. C'est la RVA , entreprise publique, qui avait été responsabilisée pour chapeauter ces importants travaux dans l'esprit de la réforme des entreprises publiques " Cela montre que " la réforme n'est pas contre les Congolais mais plutôt pour l'amélioration de leurs conditions de vie. C'est à cette tâche que s'attelle la RVA avec les différents projets en cours ", a déclaré Jeanine Mabunda. Voilà qui démontre que " les cinq chantiers comme la réforme des entreprises publiques sont loin d'être de vains slogans " étant donné que par-ci par-là des machines, des engins, des hommes munis de pioches, des pelles, bêches, sont à pied œuvre.

 

 " Après la piste, c'est à présent le tour du pavillon présidentiel, le terminal présidentiel dont on vient de lancer les travaux. Ça va continuer avec l'aérogare et se terminer avec la tour de contrôle. Cette succession de travaux est censée être terminée au plus tard fin 2010. C'est dire que c'est un pari ambitieux. Voilà pourquoi on dit que les cinq chantiers, ce n'est pas un slogan, pas plus que la réforme.

 

 

 

Les efforts des Congolais loués

 

Comme pour insister sur de nouveau sur l'importance de la réforme des entreprises publiques, Jeanine Mabunda est revenue sur cette question. " La question, a-t-elle déclaré, à laquelle les entreprises comme la RVA essaient de répondre c'est : ''à quoi sert une entreprise publique pour les Congolais aujourd'hui dans le cadre de la réforme ?'' Elle sert à rendre des services de meilleure qualité pour que les Congolais puissent se déplacer facilement dans tout le Congo. Et la  RVA est un exemple, comme l'OKIMO l'a fait dernièrement, comme l'Onatra devra le faire demain. Je pense que pour ce programme ambitieux du Chef de l'Etat a appelé les Cinq chantiers, qui avait suscité doutes et scepticisme, mais aujourd'hui la  RVA comme d'autres entreprises publiques sont en train de relever le défi. Mais ces entreprises publiques ne peuvent tenir le pari de la reconstruction que grâce au soutien des Congolais. Particulièrement pour la RVA , je pense qu'il faut remercier tous les Congolais parce que c'est le fruit de leurs cotisations dans le cadre de l'IDEF, cette espèce d'efforts supplémentaires que nous payons dans nos billets d'avion, qui permet de construire par nous-mêmes, par nos efforts internes, nos aéroports congolais. C'est un effort des Congolais pour suivre et matérialiser les Cinq chantiers. Je crois qu'il faut leur dire merci et encourager la RVA ".

 

 Pour le vice-Premier ministre en charge de la Reconstruction, Emile Bongeli, " l'aéroport de Ndjili, porte du pays, va bientôt revêtir une nouvelle robe. Après Kinshasa, ce sera le tour des aéroports de Kisangani, de Lubumbashi, de Goma et de tout le reste du pays. Après la pose des premières pierres, viendront bientôt les cérémonies de réception des ouvrages et les Congolais vont s'en fatiguer. Le gouvernement s'engage à apporter tout le soutien qu'il faut pour un aboutissement heureux et dans les temps prévus des travaux en cours ", a-t-il déclaré.

 

 L'administrateur délégué général de la Régie des voies aériennes (RVA), Jean Assice, a fait le topo du pavillon présidentiel. " C'est un bâtiment qui fera 7 mètres de haut. Il a un diamètre de 37  mètres. C'est un édifice emblématique, unique, où seront intégrés la plupart des symboles des régions comme le bouclier et l'okapi. Il permettra enfin à ce pays de revenir à la hauteur d'un grand pays avec un grand aéroport. Le coût des travaux est d'environ 11 millions de dollars. Il doit être fini en juin 2010 pour permettre au Président de la République de recevoir ses hôtes lors de la célébration du Cinquantenaire de l'Indépendance de la RDC ", s'est-il exprimé.

Source : l'Observateur