JusticeL’avocat de Me Firmin Yangambi est inquiet du refus de la cour militaire de la Gombe d’accorder une liberté provisoire à  son client.


        L’avocat de Me Firmin Yangambi est inquiet du refus de la cour militaire de la Gombe d’accorder une liberté provisoire à  son client. Inquiétude qu’il a exprimée ce jeudi matin dans un entretien avec radiookapi.net

Selon Me Jean Paul Mbuli, Me Firmin  Yangambi et ses co accusés remplissent toutes les conditions pour obtenir une liberté provisoire : « …Nous confirmons que la Cour avait rejeté notre demande pour l’obtention de leur liberté provisoire. Mais nous sommes tout de même inquiet parce que nos clients, pour nous, présentaient des garanties sérieuses en vue de l’obtenir. Parce que qu’ils ont des résidences connues, il n’y a pas d’indices sérieux de culpabilité, et même les perquisitions qui ont été faites dans leurs maisons n’ont jamais témoigné qu’ils étaient porteurs d’armes. Et nous ne voyons pas pourquoi la Cour doit refuser cette demande


Toujours d’après Me Mbuli, la Cour a  dit qu’elle n’était pas suffisamment éclairée pour fonder sa décision, parce que le ministère public dit que le prévenu, Me Yangambi, dispose des armes. Chose que la défense récuse : « Nous sommes à la 6e audience, nous n’avons vu des armes pour les confronter à nos clients. C’est comme ça que la Cour a des difficultés pour fonder sa décision »
De la peine de mort
L’une des raisons du refus d’accorder la liberté provisoire, serait que le prévenu risque d’encourir la peine de mort. A ce sujet, Me Mbuli continue à soutenir que le procès est politique. C’est pourquoi, poursuit-il,  que les membres de la Cour ont peur de la hiérarchie.
Pour rappel, la cour militaire de la Gombe a rejeté hier mercredi  la demande de liberté provisoire. Demande formulée par les avocats de Maître Firmin Yangambi et ses co accusés.
Le président de l’ONG « Paix sur terre », Me Firmin Yangambi, le  colonel Elia Lokundu, Jean Olangi et Eric Kikunda sont poursuivis pour détention illégale d’armes de guerre et tentative de mouvement insurrectionnel.
Me Firmin Yangambi et ses co accusés sont aux arrêts depuis fin septembre dernier.

source : okapi