graphique-en-hausse-thumb5019824Plusieurs magasins et super marchés de Kinshasa ont revu à la hausse les prix de leurs produits depuis la mise en application de la Taxesur la valeur ajoutée (TVA) le 1er janvier 2012. Radio Okapi a constaté, mardi 3 janvier qu’un pain au lait qui se vendait à 2 000 francs congolais (2,2 USD) la semaine dernière se vend désormais à 2 350 francs congolais (2,6 USD) au super marché Kin-Mart, dans la commune dela Gombe.

Les opérateurs économiques affirment que cette augmentation des denrées leur permettra de prélever cette taxe.

Quelques opérateurs économiques indiquent, pour leur part, qu’ils vont revoir leurs prix une fois les stocks des denrées achetés avant l’entré dela TVAseront écoulés.

«Nous appliquerontla TVAsur la main d’œuvre et des articles que nous allons commencer à acheter à partir de janvier 2012. Les prix vont certainement augmenter. Un article vendu à 100 USD coûtera désormais 116 USD et c’est le consommateur qui supportera la hausse », explique un opérateur économique.

Mais selon certains spécialistes, l’application de cette taxe sera difficile  dans le secteur informel.

La majorité de petits commerçant interrogés par Radio Okapi disent ignorer l’existence dela TVAet des méthodes de son prélèvement.

Les consommateurs s’inquiètent, eux,  de la hausse de prix consécutive à l’application dela TVA.

Certains estiment qu’il faut augmenter le pouvoir d’achat de la population pour la bonne application de cette loi.

D’autres se demandent commentla Directiongénérale des impôts (DGI) va assurer la traçabilité dela TVAsur le marché informel craignant que la dite taxe serve à l’enrichissement des individus.

La DGIconfiante

Le directeur général dela DGI, Dieudonné Lokadi,  assure que la TVAqui remplace l’Impôt sur le chiffre d’affaire (ICA) sera profitable pour l’Etat congolais.

Le responsable dela Directiongénérale des impôts (DGI) ajoute que toutes les mesures ont été prises pour que les fonds prélevés soient effectivement versés dans le trésor public.

Dieudonné Lokadi invite les opérateurs économiques congolais «à une application correcte du dispositif telle que cela leur a été expliqué».

Il demande à ceux qui ne se sont pas encore signalés auprès de sa régie de le faire:

«Si vous réalisez un chiffre d’affaires de 80 millions de francs congolais annuel et que vous réalisez des opérations imposables nous vous appelons à pouvoir vous faire connaître le plus rapidement possible auprès de nos services. Dans le cas contraire, il vous sera appliqué des pénalités.»

Dieudonné Lokadi demande aux consommateurs congolais d’exiger une facture après chaque achat expliquant que cela pousse à la transparence au niveau des opérateurs économiques.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Des opérateurs économiques de Mbandaka sensibilisés à la TVA

Le Sénat s’est penché sur les avantages de la TVA

Fec: des opérateurs économiques sensibilisés sur la TVA

 

Source : Okapi