minesLa police des frontières a saisi 600 kilos de cassitérite la semaine du 2 janvier 2012 au poste frontalier de Goma (Nord-Kivu) appelé «la grande barrière» séparant le Rwanda à la République démocratique du Congo (RDC). Des sources proches de la Direction générale des douanes et accises (DGDA) ont affirmé, vendredi 13 janvier à Radio Okapi, que les services de l’Agence nationale des renseignements (ANR), de Détection militaire des activités anti-patrie (Demiap) et de la police des frontières sont impliqués dans la fraude minière dans cette province.

Les mêmes sources précisent qu’un haut responsable de la police des frontières est arrivé précipitamment à la grande barrière et s’est saisi de la cargaison ainsi que du véhicule qui transportait les minerais, sans aucun procès verbal (PV) de saisi à la DGDA.

Les sources de la DGDA ajoutent que la destination et la consignation des minerais saisis restent inconnues.

De sont côté, le ministre provincial des Mines, Kubuya Ndoole, reconnaît que ces opérations maffieuses sont orchestrées par quelques hauts responsables militaires et civils de la province.

Selon lui, la province bénéficierait en commercialisant ces minerais dans l’honnêteté et la transparence.

250 kilos de cassitérite avaient été saisis au mois d’août à la même frontière par la police. Le propriétaire de ces minerais tentait de les faire traverser frauduleusement au Rwanda à bord d’une jeep.

Au mois de novembre 2011, le Rwanda avait remis à la RDC 81 365 Kg de minerais de cassitérite, de coltan et de wolframite. Ces minerais, en provenance du Nord-Kivu, ont été introduits frauduleusement au Rwanda depuis le mois d’avril avant d’être saisis par les services de sécurité de ce pays.