APARECORéagissant à un article publié par Afrique Rédaction, relatif au « décès » de Frederick Boyenga,  Fabien Gombo, ancien Conseiller politique du conseiller Spécial du Chef de l’Etat (Joseph Mobutu) en matière de sécurité (Honoré Ngbanda Zambo ko Atumba) a de cœur avec son mentor administré une belle gifle à Roger Bongo.

Dans une correspondance adressée à la Directrice de Cabinet du Président national de l’APARECO,  Fabien Gombo semble oublier la paille qu’il y a dans l’œil de son mentor et cherche seulement à ôter la poutre qu’il y a sur l’œil de Roger Bongos. Ce dernier  affirme qu’ils mènent tous le même combat malgré le les insuffisances communicationnelles de Roger Bongo. Affirmant cela, Fabien Gombo reconnais de facto que Honoré NGBANDA  aussi est un fin monteur des scénarios qui n’existent que dans sa tête. Fabien nie tout contact avec BONGOS mais sait tout simplement  que sa feuille de choux, écris dans un français qui trahit beaucoup d’insuffisances, fait régulièrement la une, et pas surtout en bien, pour la cause de la libération de notre pays.

Si pour Gombo, Roger Bongos est un collabo qui fait semblant en public de mener le même combat que Ngbanda et que cela lui sert de couverture, il est aussi vrai à admettre que Ngbanda diffuse son fameux combat contre Kabila  en Europe est un moyen de couverture pour bénéficier de l’asile politique et manger gratuitement le pain que les parents des autres ont amassé.

Quoi qu’il en soit, Roger Bongo n’est pas à sa première maladresse du genre, celui décrié par Fabien Gombo. Car il a été à la base d’énormes et grossiers montages contre le pouvoir de Kinshasa.

A ce que l’on sache, le père de tous les grossiers montages sur le Congo est bel et bien Honoré Ngbanda. Il vous suffit de voir le nombre d’articles échangé entre les deux pour savoir que Roger Bongos est le descendant idéologique le plus attitré de  Frère Honoré NGBNDA.

Des questions méritent cependant être posées notamment sur les mobiles réelles de la réaction qu’on attribue ici à Fabien Gombo et aussi les mobiles de l’affrontement  verbale entre Gombo et Bongos. Est-ce un conflit de positionnement et moins idéologique autour de celui qu’on a surnommé  Terminator durant le 2ème république ou simplement l’absence frappant de la finalité du combat d’intoxication des population mené par ces deux anges du mal.

Pour l’instant, Fabien Gombo doit supporter ce que lui-même appelle une diffamation, car son mentor Nganda en a fait subir à plusieurs autres compatriotes sans tenir compte de leurs rangs. Comme pour dire, ce que tu ne veux pas qu’on face de toi ne le fait pas non plus à autrui ! Et ce fait pour le moins divers devra ramener le Congolais à redéfinir correctement les mots : Collabo, combattant, résistant…

Christian EBOMA