Le ministre de l’Economie a déclaré que le comité de suivi des prix des produits pétroliers qu’il préside va mettre très rapidement en oeuvre toutes les recommandations issues de cette rencontre gouvernement-pétroliers.

Le Premier ministre intérimaire, Louis- Alphonse Koyagialo, a réuni vendredi les membres du gouvernement  et  les pétroliers en vue de se mettre d’accord sur le prix du super à la pompe, en s’appuyant sur le principe de la vérité des prix.

Après les interventions de MM. Jean-Pierre Darwezi  et Gilbert Tshongo, ministres respectivement de l’Economie et de l’Energie agissant pour celui des hydrocarbures, ainsi que de la profession pétrolière et des experts du gouvernement, M. Koyagialo a conclu la réunion en rappelant des orientations importantes visant à encadrer la structure des prix du pétrole. Il a recommandé au ministre de l’Economie de veiller au strict respect des instructions relatives aux prix et à tous ses interlocuteurs de maintenir la collaboration et le dialogue sur cette question importante  et stratégique.

Le ministre Darwezi a déclaré que le comité de suivi des prix des produits pétroliers qu’il préside va mettre très rapidement en œuvre toutes les recommandations issues de cette réunion, afin d’arrêter un prix réaliste qui ne va pas perturber la situation sociale, notamment le prix du transport en commun et celui des biens et des services.

Le directeur général de la société pétrolière Engen, Charles Mikobasa, le représentant de Cobil et le chef du Département/pétrole à la FEC, Georges Mukuna, ont promis de soutenir le gouvernement, tout en reconnaissant que la profession pétrolière a subi les effets pervers de la hausse du prix à l’importation. La révision du prix à la hausse ne se fera pas d’une façon brutale, ont-ils ajouté.

Trois paramètres principaux influent sur la fixation du prix du carburant à la pompe : le prix moyen frontière (PMF), le taux de change et le volume du produit, rappelle-t-on.