Kinshasa, 19/03 (ACP)- La participation de l’opposition politique au futur gouvernement en gestation devient hypothétique et aléatoire avec l’absence de l’UDPS de la consultation de l’Informateur et le refus du MLC et de l’UNC exprimé à l’issue de leurs entretiens séparés, lundi au Grand Hôtel Kinshasa, avec M. Charles Mwando Nsimba.

Le secrétaire général du MLC, Thomas Luhaka, s’est refusé de confirmer ou d’infirmer la participation de son parti, promettant d’y répondre lors d’une prochaine rencontre avec la presse. Les questions au niveau de sa consultation avec l’Informateur Mwando Nsimba, a révélé Thomas Luhaka, sont l’arrestation à la CPI de leur leader Jean-Pierre Bemba, la crise post électorale en cours et la poursuite du processus électoral.

Le MLC a remis à l’Informateur un message destiné au Président Joseph Kabila lui demandant de s’impliquer dans l’élargissement de Jean-Pierre Bemba, a révélé Thomas Luhaka, qui a précisé qu’il s’agit de trouver des mécanismes pour résoudre ce problème. Thomas Luhaka s’est, en outre, dit préoccupé par la poursuite du processus électoral qui serait, selon lui, renvoyé aux calendes grecques. Son parti offre sa participation à l’amélioration du processus et préconise le dialogue pour résoudre la « crise post électorale ».

L’UNC appelle au dialogue

Le président de l’Union pour la nation congolaise, Vital Kamerhe appelle au dialogue pour résoudre « la crise de légitimité » qui serait née, selon lui, « des irrégularités et des fraudes ayant émaillé les élections du 28 novembre 2011 ».

« Nous ne sommes pas venus pour le partage des postes. Nous sommes venus baliser le chemin à suivre, pour enclencher une démarche. Il faut dialoguer », a dit Vital Kamerhe. Le leader de l’UNC a en outre affirmé que la majorité a cessé d’exister avec la nomination d’un Informateur, déclarant que cette nomination est « une reconnaissance de la crise » par le chef de l’Etat.

 

Source : Acp