menottesSuite à une descente de la brigade criminelle de Paris dans le milieu des combattants-résistants-patriotes congolais, Youyou MUNTU MOSI, Martin SALI, Louise MUKULU alias Louise Gbagbo-Kadhafi et Jimmy NSINGI alias Jimmy KONGO sont placés sous le régime de la garde à vue dans les locaux de la brigade criminelle à Paris. Cette descente a provoqué le tollé au sein de la dynamique des combattants qui depuis, ne cessent de gesticuler et de vociférer sur les forums et autres réseaux sociaux. C’est peut-être là le drame, pardon, la faiblesse de la dynamique des combattants :

La confusion entre le monde virtuelle et la R-E-A-L-I-T-E.

Après Rex KAZADI ex-loubard, Patrick LUZAYADAY, Curtis MINAR (jeune désœuvré), c’est autour de Youyou MUNTU MOSI d’expérimenter la rigueur de la loi française, son pays de résidence. le fait de s’affubler des sobriquets et autres alias, ne vous rend pas moins justifiable en rapport avec les mesures que peuvent prendre votre pays de résidence. Aujourd’hui, Youyou MUNTU MOSI et ses comparses d’infortune sont en garde à vue dans le cadre de l’affaire de l’agression en groupe, du Président de l’Assemblée nationale congolaise, ai cité Monsieur KENGO wa DONDO. Aucune circonstance atténuante ne peut être mobilisée pour justifier et encore moins expliquer cette logique de violence « Mutakalisation » adoptée par les pseudo-combattants. Aucune excuse non plus, pour les appels à la violence dont Louise MUKULU et Youyou sont devenues les adeptes.

Les chefs d’inculpation sous lesquels Youyou MUNTU MOSI et ses comparses se retrouvent aujourd’hui aux portes qui, de la Maison d’arrêt de Fresnes, qui de la Prison de la Santé sont assez lourds.

Jeune femme aux mœurs légères, et égérie des nuits congolaises à Paris, Bruxelles et Lausanne, le musicien Jus d’Eté s’en souvient encore………Youyou MUNTU MOSI s’est mue en passionaria de la cause congolaise au sein de la diaspora.

- Que connait-elle réellement du Congo ?

- A quand remonte son dernier voyage au Congo ?

J’anticipe sur vos critiques et autres observations, bien entendu, la situation reste perfectible, notamment avec cette poche d’insécurité qui subsiste à l’Est avec son lot d’exactions sont malheureusement victimes nos sœurs et nos mamans. Néanmoins, la RDC tente de se relever après une longue période d’hibernation longue de plus de 30 ans.

La démocratie reste un processus, avec des pratiques à intérioriser et des étapes à franchir. Nous pouvons comprendre l’impatience légitime de celles et ceux qui

s‘attendaient à ce que du jour au lendemain la RDC fasse partie des pays émergents. Pour atteindre ce cap, le Congo a besoin de l’ensemble de ses filles et ses fils. De la diaspora et de l’intérieur. Peu importe nos affinités politiques, la cause du Congo devrait déborder les clivages politiques traditionnels. En dépit de cette nouvelle catégorie politique que tente d'imposer les combattants : l’extrême-droite avec une idéologie xénophobe.

L’engagement politique est exigeant, pour Youyou MUNTU MOSI, Martin SALI et autres, le moment est venu de mesurer et de prendre conscience de leur irresponsabilité avérée hélàs, c’est face à la justice française.

F.Kongolais