Le gouvernement de la République Démocratique du Congo dénonce des mouvements irréguliers d'éléments armés incontrôlés depuis le week-end dernier  dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu.

Dans un communiqué officiel parvenu jeudi à l’ACP, le ministre intérimaire de la Communication et des médias, porte-parole du gouvernement, Richard Muyej Mangeze condamne les barricades érigées par ces militaires indisciplinés, qui perturbent par ailleurs l’ordre public et la quiétude des populations. Il invite les responsables de cette situation « à la stricte observance de la discipline militaire et à s’abstenir d’actes susceptibles de les exposer aux rigueurs de la justice tant nationale qu’internationale ». Ci-dessous le communiqué du gouvernement :

« Le gouvernement de la République Démocratique du Congo informe l’opinion tant nationale qu’internationale qu’il s’observe depuis le week-end dernier une sorte de psychose au sein des communautés locales dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu.

En effet, il a été constaté dans cette partie du territoire national des mouvements irréguliers de quelques éléments armés incontrôlés. Ces hommes de troupes indisciplinés érigent des barricades non autorisées par la hiérarchie militaire et perturbent de ce fait, par endroits, l’ordre public et la quiétude des populations.

Le gouvernement de la République, qui suit cette situation de très près, regrette que nos populations soient ainsi régulièrement soumises à des exactions et tracasseries de tous ordres. Il invite les responsables de cette situation à la stricte observance de la discipline militaire et à s’abstenir d’actes susceptibles de les exposer aux rigueurs de la justice tant nationale qu’internationale.

Le gouvernement rassure l’opinion tant nationale qu’internationale de sa volonté et de sa détermination à poursuivre et à raffermir le processus de démocratisation pour lequel notre peuple a payé le prix le plus fort. La paix tant recherchée par les Congolais et qui s’affirme chaque jour davantage requiert une mobilisation et une vigilance tous azimuts aussi bien des Congolais, premiers concernés, que de tous les partenaires, amis de notre pays.